Toute l'actu en bref

Le Martin Luther King Day a pris cette année une importance toute particulière. Le jour entame la semaine qui verra vendredi Donald Trump succéder à la Maison Blanche à Barack Obama, premier président noir de l'histoire des Etats-Unis.

KEYSTONE/FR171034 AP/BRANDEN CAMP

(sda-ats)

La fille de Martin Luther King a déclaré lors d'une cérémonie à Atlanta que "Dieu pouvait triompher de Trump". La mémoire du pasteur était honorée comme chaque année par un jour férié lundi aux Etats-Unis.

Bernice King, la plus jeune fille du militant des droits civiques, s'est affichée au côté de John Lewis, icône du mouvement des droits civiques et élu afro-américain de Georgie. Ce dernier a estimé au cours du week-end que l'élection du futur président était illégitime du fait de l'ingérence de la Russie dans la campagne.

Sa sortie lui a valu une réponse cinglante de Donald Trump. Ce dernier lui a conseillé via Twitter de s'occuper plutôt de sa circonscription qui, a-t-il écrit, "est dans un état déplorable et se désintègre (pour ne pas dire infestée par le crime)".

"N'ayez pas peur de celui qui va s'asseoir à la Maison Blanche", a dit Bernice King lors de son intervention à l'église baptise Ebenezer d'Atlanta, dans la circonscription de Lewis et où son père a jadis prêché. "Dieu peut triompher de Trump", a poursuivi la fille du pasteur King, faisant se lever la foule venue rendre hommage au militant de la cause noire, assassiné en 1968 et qui aurait eu 88 ans dimanche.

Rassembler les Américains

Le Martin Luther King Day a pris cette année une importance toute particulière. Le jour entame la semaine qui verra vendredi Donald Trump succéder à la Maison Blanche à Barack Obama, premier président noir de l'histoire des Etats-Unis.

Le futur président a salué sur Twitter la mémoire du "grand homme" qu'était le pasteur King. Il s'est entretenu pour sa part avec son fils, Martin Luther King III, à son siège de la Trump Tower de New York.

Le fils de Martin Luther King a dit à sa sortie avoir eu une discussion constructive sur les moyens d'améliorer le mode de scrutin américain, qu'il juge détraqué. Il a éludé les questions lui demandant s'il s'était senti offensé par les propos de Donald Trump sur John Lewis.

"Avant tout, je crois que sous le coup de l'émotion, on dit beaucoup de choses, de part et d'autre. J'estime que dans une certaine mesure, je peux servir d'intermédiaire. L'objectif, c'est de rassembler les Américains", a dit Martin Luther King III aux journalistes après son entrevue avec le prochain président.

ATS

 Toute l'actu en bref