Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

"Le livre d'image", une projection très Godard au théâtre de Vidy

La projection a lieu comme au théâtre, dans un environnement soigné conçu par Godard.

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

Jean-Luc Godard dévoile "Le livre d'image" au théâtre de Vidy à Lausanne. Le cinéaste franco-suisse de 87 ans présente une pellicule d'une heure vingt, un grand collage fait notamment d'extraits de cinéma, d'images d'actualité et de paroles en voix off calibrées.

Le film est présenté comme un objet de théâtre, sur un grand téléviseur haute définition placé au centre de la scène du théâtre de Vidy. Au sol, des tapis persans et aux murs, des tableaux divers. Ce sont d'ailleurs les siens. Tout a été conçu par l'artiste, au millimètre près.

Fabrice Aragno, collaborateur et proche de Godard, a expliqué vendredi à Keystone-ATS: "C'est lui qui a décidé des plis dans les tapis. La commode sur laquelle se trouve la télévision, c'est la sienne." Dans celle-ci, une paire de chaussettes roulées, a été oubliée. Est-on au théâtre, au cinéma, comme chez soi? Peu importe, seule l'expérience compte.

Le film, qui a reçu une Palme d'or spéciale à Cannes en mai dernier, est visible au théâtre de Vidy jusqu'au 30 novembre. Un cycle destiné au cinéaste est aussi présenté à la Cinémathèque suisse de Lausanne jusqu'au 24 novembre.

Images en paroles

"Je ne connaissais ni les règles ni les exceptions. Je ne trouvais la vérité que pour mieux la perdre", dit Godard en voix off. Devant le téléviseur, posé au sol de manière presque religieuse: "Images en paroles", d'Anne-Marie Miéville, compagne du cinéaste.

Huit haut-parleurs sont disposés de manière précise. Si on peut d'abord penser à du son surround, il n'en est rien. Celui-ci est coupé de manière franche, et composé de deux bandes séparées. Parfois, deux pistes différentes créent une ambiance dissonante qui demande au spectateur de choisir son écoute ou de se perdre dans le bruit.

Au milieu de l'enchaînement d'images et de sons, certains fils rouges sont présents. Le bouillonnement politique et les conflits y ont une place importante: la première partie du film se concentre plutôt sur l'Europe du 20e siècle, et la seconde sur le Moyen-Orient du 21e.

Comme un peintre

Pour Vincent Baudriller, le directeur du théâtre, le choix de Godard de venir présenter son film à Vidy "est un geste très important. Le théâtre a cet aspect de liberté, moins industriel, plus artisanal", a-t-il affirmé.

Fabrice Aragno a ajouté: "Godard est en forme et a un besoin absolu de créer en permanence." Le cinéaste établi à Rolle (VD) était très présent lors de la construction de l'oeuvre, et peu présent lors des projections. "Comme un peintre, quand l'oeuvre est prête, il se retire", a précisé Vincent Baudriller.

Le dispositif voyagera en Suisse dès février prochain, dans des lieux de culture ou sociaux, mais pas dans des salles de cinéma. La projection y sera accompagnée des quatre films précédents du réalisateur, soit "Eloge de l'amour", "Notre musique", "Film socialisme" et "Adieu au langage".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.