Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Corée du Nord est "un pays dirigé comme une secte" dont les habitants sont soumis à "un bombardement quotidien de propagande d'Etat", a lancé Donald Trump lors d'un discours prononcé devant l'Assemblée nationale sud-coréenne.

KEYSTONE/AP POOL/LEE JIN-MAN

(sda-ats)

Donald Trump a mis en garde le régime nord-coréen qu'il a qualifié de "dictature brutale" dirigée "comme une secte". "Ne nous sous-estimez pas, et ne nous testez pas", a ajouté le président américain dans un discours prononcé devant l'Assemblée nationale sud-coréenne.

"Nous ne laisserons pas des villes américaines être menacées de destruction", a-t-il poursuivi en réponse aux menaces de la Corée du Nord. "Nous ne nous laisserons pas intimider et nous ne permettrons pas que les pires atrocités de l'Histoire soient reproduites ici, sur cette terre où nous avons combattu et où nous sommes morts."

Donald Trump s'est également dit prêt à offrir à la République populaire démocratique de Corée (RPDC) "une voie conduisant à un avenir bien meilleur". Et ce, à condition que Pyongyang démantèle son programme nucléaire et cesse de développer ses capacités balistiques.

Le président américain achevait mercredi une visite de vingt-quatre heures en Corée du Sud.

"Erreur fatale"

Selon lui, Pyongyang a interprété comme une faiblesse la retenue dont ont fait preuve les Etats-Unis par le passé. Mais continuer à le faire, a-t-il ajouté, "serait une erreur fatale".

La Corée du Nord, a lancé Trump, est "un pays dirigé comme une secte" dont les habitants sont soumis à "un bombardement quotidien de propagande d'Etat". Ces derniers souffrent de retard de croissance du fait de la malnutrition et sont constamment sujets "aux goulags, au viol et au meurtre".

Le régime nord-coréen tente de provoquer des conflits à l'étranger "pour détourner l'attention de ses échecs domestiques", a poursuivi Trump. Mais, s'adressant au dirigent nord-coréen Kim Jong-un, lui a dit que les armes nucléaires qu'il tentait de se procurer ne le protégeraient pas.

Pas de zone démilitarisée

S'adressant à la communauté internationale, Trump a estimé que le monde ne pouvait pas tolérer "la menace d'un régime voyou qui le menace d'une dévastation nucléaire". Il a une nouvelle fois appelé "toutes les nations responsables à joindre leurs forces pour isoler le régime brutal de la Corée du Nord".

Il a également accusé la Corée du Nord d'avoir torturé Otto Warmbier. Cet étudiant américain est mort en juin dernier peu après avoir été libéré des geôles nord-coréennes où il avait été enfermé depuis dix-sept mois et transféré aux Etats-Unis.

Quelques heures plus tôt, Trump avait tenté de se rendre sur la zone démilitarisée (DMZ) qui marque la frontière avec la Corée du Nord. Il avait néanmoins dû renoncer à son projet en raison d'un brouillard trop épais qui interdisait à son hélicoptère de se poser.

Il poursuivra ce mercredi en Chine sa longue tournée diplomatique asiatique entamée au Japon.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS