Navigation

"Nous nous aimions", déclare l'auteur de l'homicide de Chénens (FR)

Ce contenu a été publié le 02 juillet 2014 - 20:31
(Keystone-ATS)

L'homme qui a tué son ex-amie en novembre 2011 à Chénens (FR) a comparu mercredi devant le Tribunal pénal de la Sarine. Accusé d'assassinat, il nie avoir prémédité l'homicide.

Le prévenu, 56 ans au moment des faits, était allé en matinée chez son ancienne compagne de 53 ans. Il avait tiré sur elle deux fois à la tête avec un fusil. La police l'avait interpellé le lendemain.

Cet homme d'origine portugaise, établi en Suisse depuis une quinzaine d'années, était divorcé. Il a rencontré en 2008 la victime, divorcée elle aussi et mère de deux fils trentenaires. Ceux-ci désapprouvaient sa relation avec cet homme décrit comme possessif.

"Il l'a isolée", dit l'un d'eux. "A mon avis, il était jaloux même de nous." Ils affirment que leur mère se sentait suivie. "Elle a voulu faire couper ses cheveux tout court et laisser venir ses cheveux gris pour qu'on ne la reconnaisse pas", raconte sa belle-fille qui était aussi sa coiffeuse.

Ils étaient séparés depuis février 2011, après des actes de violence reprochés au prévenu. Mais ils se téléphonaient et se rencontraient encore parfois.

"Amour toxique"

"Nous nous aimions", a dit le prévenu lors de son audition, la voix troublée par l'émotion. Il affirme qu'en été 2011, lorsqu'il a voulu la rejoindre en Italie alors qu'elle était en vacances dans sa famille, elle a accepté, et elle a dit qu'elle l'aimait toujours.

La victime avait aussi confié à son entourage féminin qu'il était l'homme de sa vie. Elle disait qu'elle pourrait vivre avec lui s'il suivait une thérapie de gestion de la violence. Mais elle a aussi évoqué un "amour toxique".

Provenance du fusil

Selon l'accusation, le fusil appartient au prévenu. L'homme, qui s'est rendu au Portugal en avion, en serait revenu en car exprès pour pouvoir amener cette arme en Suisse.

Les réponses du prévenu n'ont guère permis d'éclaircir les zones d'ombre. Le verdict devrait tomber le 28 août prochain.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.