Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Au moins cinq canons à eau ont été actionnés pour tenter de canaliser les manifestants, dont plusieurs "Blocs noirs".

KEYSTONE/EPA/CARSTEN KOALL

(sda-ats)

Un policier pris à partie vendredi à Hambourg par plusieurs personnes lors d'un vol commis en marge d'une manifestation contre le G20 a effectué "un tir de sommation" pour se dégager, a annoncé la police. La scène a eu lieu dans le Schanzenviertel.

"Un policier a été attaqué par des personnes violentes (...) et a procédé à un tir de sommation", a écrit dans un premier temps sur son compte Twitter la police de Hambourg.

Celle-ci a ajouté que la scène avait eu lieu dans le Schanzenviertel, un quartier au coeur des manifestations contre la réunion des principaux pays industrialisés et émergents qui secouent depuis jeudi la ville hanséatique et donc en proie à un certain chaos.

La police a précisé dans un deuxième temps sur Twitter que le tir avait eu lieu pendant que "les forces de l'ordre constataient un vol sur la voie publique. (Elles) sont intervenues et ont été attaquées par les auteurs" du larcin.

L'agent auteur du tir de sommation a "pu finalement prendre la fuite dans un magasin et se mettre ainsi en sécurité", a poursuivi la même source.

Barres de fer

Dans le même quartier de Schanzenviertel, "plusieurs personnes masquées et armées de barres de fer" se sont par ailleurs rassemblées devant le Rote Flora, un ancien théâtre occupé par des squatters en 1989 au cours de batailles de rue et haut-lieu de la contestation anti-G20, raconte également la police de Hambourg sur Twitter.

Devant le bâtiment, près duquel des centaines de policiers anti-émeutes se sont positionnés, des manifestants jetaient des pétards et des poubelles ont été incendiées, selon des journalistes de l'AFP sur place.

Canons à eau

Au moins cinq canons à eau ont été actionnés pour tenter de canaliser les manifestants, dont plusieurs "Blocs noirs" vêtus de noir, certains lançant des pierres et des bouteilles sur les forces de l'ordre, ont dit des journalistes.

La police, à l'aide de mégaphones, intimait aux personnes présentes l'ordre de quitter le secteur. Elle a annoncé sur Twitter plusieurs interpellations à Schanzenviertel et Sankt Pauli.

Selon l'agence de presse allemande DPA, des confrontations entre forces de l'ordre et militants radicaux se sont aussi déroulées dans "plusieurs endroits" de ce quartier, l'un des bastions des radicaux d'extrême gauche, où la police a là aussi engagé les canons à eau.

196 policiers ont été blessés depuis jeudi et 70 personnes ont été interpellées pour l'instant, dont 15 placées en garde à vue, a fait savoir la police.

ATS