Navigation

1er mai: 90 blessés dans des affrontements à Istanbul

Ce contenu a été publié le 01 mai 2014 - 21:56
(Keystone-ATS)

La Fête du Travail, célébrée jeudi dans le monde entier, a tourné à l'affrontement à Istanbul, où des heurts ont opposé manifestants et forces de l'ordre. A Paris, des milliers de personnes ont protesté contre l'"austérité" tandis que Moscou renouait avec la tradition soviétique des défilés sur la Place Rouge.

Fériée dans de nombreux pays, la "journée internationale des travailleurs" commémore chaque 1er mai les luttes ouvrières intervenues à la fin du 19e siècle aux Etats-Unis.

A Istanbul, la police, massivement déployée, a elle empêché à coups de canon à eau et gaz lacrymogènes des centaines de manifestants de se rassembler sur la Place Taksim, place emblématique de la contestation contre le gouvernement turc, déclarée zone interdite par les autorités.

Les échauffourées, qui ont fait 90 blessés, dont 19 policiers, se sont poursuivies dans l'après-midi. Et au total, au moins 142 personnes ont été arrêtées, selon les services du gouverneur d'Istanbul.

Corée

du sud ou Taïwan

Les célébrations du 1er mai ont aussi été perturbées au Cambodge où des échauffourées ont opposé la police à des manifestants à Phnom Penh. D'autres manifestations ont également eu lieu dans les économies parmi les plus développées d'Asie, à Hong Kong, Singapour, Séoul ou encore Taïwan.

A Moscou, plus de 100'000 personnes ont défilé sur la Place Rouge, renouant avec une tradition de l'Union soviétique en pleine vague de patriotisme en Russie exacerbée par la crise ukrainienne.

Syndicats divisés en France

En France, les syndicats ont marché en ordre dispersé, consacrant leur désunion face au plan d'économie de 50 milliards d'euros récemment annoncé par le gouvernement socialiste pour répondre aux exigences européennes de redressement budgétaire.

A Paris, le parti d'extrême droite Front national, qui défile traditionnellement le 1er mai pour célébrer la sainte catholique Jeanne d'Arc, a rassemblé plusieurs milliers de personnes. Sa présidente Marine Le Pen, qui souhaite voir son parti arriver en tête des élections européennes en France, a appelé ses partisans à "dire stop" à l'Union européenne.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.