Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le fonds d'indemnisation des victimes des attentats de Paris pourrait consacrer jusqu'à 300 millions d'euros à la prise en charge des personnes touchées par les attaques. Les victimes ou leurs familles disposent d'un délai de dix ans pour saisir ce fonds.

"Le fonds de garantie a déjà octroyé 6,7 millions d'euros (7,2 millions de francs) aux familles de victimes décédées. Et 771'000 euros de frais de déplacements ou de séjour aux proches, aux blessés et à leurs familles", a déclaré Christiane Taubira au Parisien dans un entretien publié jeudi. "Le budget d'indemnisation pourrait atteindre au total 300 millions d'euros", ajoute la ministre de la Justice.

Les victimes ou leurs familles disposent d'un délai de dix ans pour saisir ce Fonds de garantie des victimes d'actes de terrorisme et d'autres infractions (FGTI). Il est financé par une contribution sur les contrats d'assurance.

Les attentats commis le 13 novembre à Paris et Saint-Denis ont fait 130 morts et plusieurs centaines de blessés. Il faut y ajouter les rescapés présents sur les lieux des attaques ou à proximité et qui pourraient souffrir de troubles, d'ordre psychique par exemple.

Le nombre de victimes pourrait dès lors dépasser 2000 personnes, une situation à laquelle le fonds n'a jamais été confronté depuis sa création, en 1986.

Depuis cette date, le FGTI a indemnisé plus de 4000 victimes d'attentats, dont 200 à la suite des attaques de janvier contre la rédaction de Charlie Hebdo et l'Hyper Cacher de la porte de Vincennes, et a versé plus de 100 millions d'euros.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS