Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Si la météo de cet été profite aux tomates ou aux abricots, elle est catastrophique pour les pommes de terre. De nombreux producteurs parlent même déjà d'une récolte encore pire que celle de 2003. On sera fixé d'ici une semaine.

A l'instar des autres tubercules comme les betteraves, les pommes de terre ne grossissent presque plus à partir de 25 degrés. Et "au-delà de 30 degrés, c'est brutal pour les patates", déclare le président de l'Association suisse des producteurs de pommes de terre Ruedi Fischer, confirmant une information de la BauernZeitung.

Par endroits, les patates seront très nombreuses, mais toutes petites, note le président. Pour la branche, 2015 se dessine bel et bien comme une annus horribilis. A l'entame de l'été déjà, les champs de patates présentaient de nombreux vides: la conséquence d'un printemps humide qui a provoqué le pourrissement d'une partie des tubercules.

Et celles qui ont résisté ne seront pas bien grandes. L'estimation officielle de la récolte n'aura lieu qu'à la mi-août, mais les professionnels ne se font aujourd'hui déjà plus d'illusions. Certains des quelque 5000 producteurs de patates en Suisse parlent même de pertes de plusieurs dizaines de milliers de francs.

Pour beaucoup d'entre eux, la récolte de cette année sera encore moins bonne que celle de l'été caniculaire de 2003. Prudent, le président Fischer renvoie à l'estimation de la mi-août.

Patate douce

Heureusement, avec plus d'un demi-million de tonnes, la récolte de l'an dernier fut supérieure à la moyenne des cinq dernières années. Mais comme la demande baissait en même temps que l'offre augmentait, les prix s'en étaient ressentis à la baisse. La qualité (grosseur) n'étant pas au rendez-vous, il n'est pas sûr qu'une récolte de moindre ampleur ait des effets inverses sur les prix.

Face à une météo toujours plus capricieuse, l'agriculture ne reste pas immobile. Anticipant un réchauffement du climat, la Station fédérale de recherche Agroscope teste notamment la culture de patates douces, mieux adaptées à un climat sec et chaud.

ATS