Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'art de rue se développe à Hong Kong (image d'illustration).

KEYSTONE/EPA ANA-MPA/SIMELA PANTZARTZI

(sda-ats)

Entre des fresques rendues célèbres par Instagram et des batailles de street art, la créativité des artistes de Hong Kong explose depuis quelques années. Ruelles et murs sont couverts de leurs oeuvres.

La partie commerciale de ce mouvement artistique est à l'honneur cette semaine dans l'ancienne colonie britannique à l'occasion de la sixième édition d'Art Basel, grande foire internationale de l'art contemporain. Les oeuvres d'artistes représentés par des galeries pourront être vues pendant cinq jours à compter de mardi dans un énorme centre d'exposition sur le front de mer.

Mais l'art est également dans la rue. Le Britannique Dan Kitchener, 43 ans, qui signe des fresques murales, effectue ce mois ci sa troisième visite dans l'ex-colonie. Il peint à la bombe des scènes urbaines pleines d'atmosphère dans les ruelles pentues et étroites.

"Pour moi Hong Kong dégage un certain feeling, son échelle immense et ses gratte-ciel, et puis ces minuscules allées", dit l'artiste tandis qu'il peint le mur d'un bar. Dan Kitchener aime particulièrement reproduire la lumière des néons, les reflets et la pluie qui l'avaient déjà captivé quand il était à Tokyo.

L'artiste vient d'achever de peindre un marché de rue avec force détails dans le quartier d'affaires de Wan Chai avant de passer au mur d'un troquet de Central, au coeur de la mégapole. Juste en face du bar se trouve une fresque emblématique, réputée être le mur le plus photographié de la ville, signée par Alex Croft. Elle reproduit des rangées de maisons anciennes sur un fond bleu vif.

Demande croissante

Hong Kong est dépourvu de musée d'art de renommée internationale et les grandes expositions s'y arrêtent rarement. Il est parfois difficile d'obtenir l'autorisation d'organiser des spectacles publics. Mais la demande croissante en Asie ajoutée à un nombre croissant d'expositions commencent à changer la donne.

En 2015, une mosaïque de l'artiste de rue français Invader avait été vendue par Sotheby's Hong Kong pour 220'000 euros, un record mondial. La mosaïque représentait Hong Kong Phooey, chien masqué adepte des arts martiaux et personnage d'un dessin animé américain des années 1970.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS