Navigation

Accord avec le régime pour le retrait des rebelles de Homs

Ce contenu a été publié le 02 mai 2014 - 18:31
(Keystone-ATS)

Un accord a été conclu vendredi entre le régime syrien et les rebelles sur un retrait des insurgés de leurs bastions de Homs, assiégés depuis deux ans. Ce retrait constitue un succès militaire pour Bachar al-Assad avant la présidentielle.

A un mois de ce scrutin qui devrait aboutir à la réélection sans surprise de Bachar al-Assad, la violence redouble. Un attentat-suicide dans la province de Hama (centre) a fait 20 tués et des raids du régime sur Alep (nord) ont provoqué le décès d'une cinquantaine de personnes en deux jours.

Dans ce conflit très complexe où le front entre loyalistes et rebelles s'est doublé d'une guerre fratricide entre groupes combattant l'armée, le chef d'Al-Qaïda a appelé sa branche en Syrie, le Front Al-Nosra, à cesser de combattre ses rivaux jihadistes.

A Homs, troisième ville de Syrie, où une poignée de quartiers rebelles sont soumis depuis deux ans à un siège impitoyable de l'armée, un accord a toutefois été conclu en vue d'un retrait des près de 1200 insurgés de la vieille ville et ses environs, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), proche des rebelles.

"Une trêve est entrée en vigueur vendredi" en vue de l'application de cet accord et devrait durer 24 heures, a précisé l'ONG. Un militant, Thaer al-Khaldiyé, a indiqué que cette trêve "devrait être suivie d'un retrait sécurisé des rebelles, mais cela n'a pas encore commencé". La zone concernée totalise environ 2 km2 alors que la ville s'étend sur 40 km2.

Communauté alaouite visée

Si le retrait a bien lieu, les rebelles ne contrôleront plus que Waer, un quartier résidentiel à la périphérie de la ville où vivent des centaines de milliers d'habitants, notamment beaucoup de déplacés. Ce quartier est régulièrement bombardé par l'armée.

Cet accord devrait renforcer la position du régime, qui se prépare à organiser la présidentielle dans les territoires qu'il contrôle.

Autre avancée du régime vendredi: selon l'OSDH et une source de sécurité, ses troupes ont pris l'entrée nord-est d'Alep. Elles se trouvent désormais à seulement 1,5 km de la prison de la ville, assiégée par les insurgés.

Par ailleurs, les attentats visant notamment la communauté alaouite, dont est issu Bachar al-Assad, se sont récemment multipliés. Les derniers en date ont visé vendredi les localités alaouites de Jidrine et al-Houeiri, dans la province de Hama.

Livraisons de matériel militaire non létal

Le ministre britannique des Affaires étrangères William Hague a annoncé dans ce contexte la reprise des livraisons d'équipements militaires non létaux au conseil militaire suprême de l'Armée syrienne libre.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article