La socialiste Ada Marra, arrivée en troisième position, a déclaré avoir un oeil qui rit et un oeil qui pleure. Elle a expliqué sa défaite par une forte mobilisation de la droite. La gauche restera cependant représentée au Conseil des Etats, note-t-elle.

La mobilisation de la gauche a été belle. "Malheureusement ça n'a pas suffi. Désolée si je vous ai déçus", a déclaré Ada Marra devant ses camarades de gauche, un sanglot dans la voix, une fois l'issue du scrutin connue.

Félicitant les vainqueurs, la conseillère nationale a dit "rester sans voix devant la remontade d'Olivier Français. La leçon à tirer, c'est que l'UDC s'est mobilisée en force", a-t-elle relevé. "La droite, que l'on croyait un peu affaiblie, est là. D'autres éléments entrent en ligne de compte: pour certains, deux femmes c'est trop", a ajouté la Lausannoise.

Quant à être devancée par la candidate verte, la socialiste a dit "en prendre acte. Il n'y a pas eu de biffage. L'élément de gauche actuellement dans le canton, c'est les Verts. Les Vaudois ont davantage fait confiance à Adèle qu'à moi".

Ada Marra va poursuivre son combat au Conseil national. "Les dossiers de l'AVS, de la santé ne seront pas représentés au Conseil des Etats. Il ne faut pas les oublier."

"Il y a forcément un peu de tristesse", a ajouté la présidente du parti socialiste cantonal Jessica Jaccoud. L'électorat a préféré l'équilibre gauche-droite. Il a aussi voulu donner un signal fort sur la question du climat. La vague verte a perduré, a-t-elle constaté.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.