Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Football - Le FC Sion a décidé de retiré son appel devant le Tribunal arbitral du sport, dans le litige qui l'oppose à la Swiss Football League concernant la qualification de ses six recrues estivales.
Ayant obtenu de la SFL la confirmation de son droit d'aligner Stefan Glarner, Billy Ketkeophomphone, Pascal Feindouno, Gabri, Mario Mutsch et Jose Gonçalves, le club ne voit pas l'intérêt de poursuivre plus loin cette procédure devant le TAS, explique-t-il dans un communiqué.
Dans le courrier qu'elle a adressé au club samedi dernier, la SFL précise que cette autorisation de faire jouer les six recrues, faisant suite aux mesures provisionnelles prononcées par le Tribunal de Martigny mercredi passé, "ne vaut en aucun cas de renonciation des droits que la SFL peut faire valoir". La Ligue a du reste fait appel de la décision du juge Nicolas Biner.
Le parcours juridique de Sion n'en est pas pour autant terminé, loin de là. Quatre procédures sont toujours en cours. Le Tribunal de Martigny doit en effet encore statuer sur le fond de l'affaire, le Tribunal du canton de Vaud et la juge Dominique Carlsson doivent encore décider de réintégrer ou non Sion dans l'Europa League, et la justice vaudoise doit encore traiter les deux plaintes pénales déposées, la première contre Michel Platini et Gianni Infantino (le président et le secrétaire général de l'UEFA seront entendus le 19 octobre par le procureur général du canton de Vaud Eric Cottier), et la deuxième contre la FIFA et l'UEFA.
En résumé, pour l'heure, aucune juridiction n'a encore déterminé si le FC Sion - ou plutôt l'Olympique des Alpes - avait le droit ou non d'engager, de qualifier et d'aligner ses six recrues estivales.

ATS