Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Football - La Swiss Football League s'est une nouvelle fois emmêlé les pinceaux dans l'affaire qui l'oppose au FC Sion.
Elle avait en effet qualifié formellement, contrairement à ce qu'elle déclare, les six recrues estivales du club au début du mois d'août, révèle la TSR sur son site internet, documents à l'appui. Une erreur que la Ligue pourrait payer cher.
Dans une prise de position, la SFL admet "une erreur regrettable". Le FC Sion a bel et bien reçu un formulaire de qualification standard, daté de début août, pour Gabri, Pascal Feindouno, Mario Mutsch, Jose Gonçalves, Billy Ketkeophomphone et Stefan Glarner, lui expliquant que ses recrues étaient qualifiées à partir soit du 5, du 6 ou du 8 août, selon les cas.
Le club valaisan s'est empressé de sauter sur cette erreur. "J'ai écrit à la Ligue vendredi passé pour lui signaler que nos joueurs étaient valablement qualifiés, explique à Sportinformation l'avocat de Sion Alexandre Zen-Ruffinen. On m'a répondu mercredi, pour me dire que cela n'était pas le cas et pour me prier de renvoyer les passeports. J'ai réécrit jeudi pour dire à la SFL que cela devenait vraiment grave."
Pour Me Zen-Ruffinen, ce nouvel élément a pour premier effet "que la perte des matches par forfait, et donc le retrait des points au FC Sion, n'entre plus en ligne de compte". Autre conséquence immédiate de cette bourde, aux yeux de l'avocat du club, les joueurs devraient même être autorisés à jouer ce week-end (chez les Young Boys).
La SFL aura vraisemblablement du mal à se défendre devant la justice après cette erreur. Pour justifier le maintien de la non qualification des recrues sédunoises, elle s'appuie sur un courrier envoyé au club par le président de la commission de qualification, rappelant que ladite CQ n'a jamais qualifié les joueurs au coeur du problème. Une missive datée du... 30 novembre, soit près de quatre mois après l'envoi des qualifications formelles.

ATS