Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Affaire Rappaz: le chanvrier ne boit plus rien depuis quatre jours

Sion - A nouveau en grève de la faim depuis son retour en prison vendredi dernier, Bernard Rappaz a entamé une grève de la soif lundi 24 mai, a indiqué un proche du chanvrier valaisan. Après six jours de détention, il aurait perdu cinq kilos.
Cette grève de la soif ne change rien à la position de la conseillère d'Etat Esther Waeber-Kalbermatten, a-t-elle confirmé. Elle avait annoncé vendredi dernier qu'elle respecterait sa volonté et le laisserait mourir.
L'avocat Aba Neeman s'est dit étonné de l'incarcération de son client à la prison des Iles à Sion, établissement au régime plus dur que Crêtelongue. Il demandera des éclaircissements sur cette décision. Me Aba Neeman n'a pas revu son client mais a reçu de ses nouvelles par courrier.
S'agissant de l'incarcération à la prison des Iles à Sion, établissement au régime plus dur que Crêtelongue, la cheffe du Département de la sécurité, des affaires sociales et de l'intégration Esther Waeber-Kalbermatten l'explique par des considérations médicales. Cet établissement est en effet mieux équipé pour s'occuper de détenus qui présentent des problèmes de santé, a-t-elle précisé.
Le chanvrier a rédigé sa demande de grâce. Elle sera sur la table des députés au Grand Conseil lors de leur prochaine session dès le 15 juin prochain.
Condamné par le Tribunal cantonal à cinq ans et huit mois de réclusion, Bernard Rappaz avait déposé une demande de révision de procès le 1er février dernier. Après son incarcération, il a entamé une grève de la faim.
Au 49e jour de grève, la conseillère d'Etat Esther Waeber-Kalbermatten a ordonné une interruption de peine. Le 21 mai dernier, après un peu moins de quinze jours d'assignation à résidence, le chanvrier a été reconduit en prison.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.