Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une soixantaine de personnes sont mortes mardi dans deux attentats en Afghanistan. Le plus meurtrier, perpétré par un kamikaze, a notamment tué des enfants à Kaboul dans une procession chiite de l'Achoura, une des fêtes les plus sacrées de cette branche de l'islam, minoritaire dans ce pays.

Les insurgés talibans, sunnites radicaux qui considèrent les chiites comme des hérétiques et les empêchaient de facto de célébrer leurs fêtes quand ils étaient au pouvoir de 1996 à 2001, ont "condamné" les deux attentats les qualifiant de "contraire à l'islam".

L'attentat de Kaboul a été commis par un kamikaze et a fait 55 morts et 134 blessés, a indiqué le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Siddiq Siddiqi, qui a mis en cause les talibans.

Au même moment, quatre personnes ont été tuées et quatre blessées quand un vélo piégé a explosé à Mazar-i-Sharif (nord), au passage de fidèles chiites se rendant au principal sanctuaire de cette ville, où les chiites sont minoritaires mais fortement représentés, ont indiqué les autorités provinciales.

Centaines de fidèles

A Kaboul, plusieurs centaines de fidèles, dont des femmes et des enfants, se pressaient dans la rue devant le sanctuaire pour assister à une procession, au cours de laquelles les pèlerins se flagellent le dos avec des chaînes terminées par de longues lames acérées.

A Mazar-i-Sharif, le sanctuaire visé par une bombe est respecté par les chiites comme les sunnites. Il est réputé avoir été élevé sur la tombe d'Ali, considéré comme le premier imam et le successeur de Mahomet par les chiites.

Une bombe a par ailleurs explosé à Kandahar, la grande ville du sud afghan, bastion des insurgés talibans, mais sans rapport avec les célébrations de l'Achoura, a indiqué la police locale.

ATS