Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le nombre de victimes civiles du conflit afghan a atteint un nouveau record au cours de la première moitié de 2015. Au total, 1592 personnes ont été tuées et 3329 blessées, a annoncé l'ONU mercredi, sept mois après la fin de la mission de combat de l'OTAN.

Dans son rapport semestriel sur le sujet, publié mercredi, la mission de l'ONU en Afghanistan (Unama) a recensé une baisse de 6% du nombre de tués par rapport au premier semestre 2014, mais une hausse de 4% du nombre de personnes blessées dans les combats entre les insurgés et les forces de sécurité afghanes, les attentats et les assassinats.

Au total, le nombre de victimes du conflit a augmenté de 1% par rapport à l'an dernier et s'établit à 4921 personnes tuées et blessées. C'est le chiffre le plus élevé depuis 2009, année du début de la compilation de ces statistiques, et la flambée des violences en Afghanistan.

Combats en sol meurtriers

Les combats au sol entre les insurgés et les forces de sécurité afghanes sont la première cause de décès et de blessures infligées aux civils afghans, selon le document. Il note également que 70% des blessures et des décès sont le fait des insurgés.

Depuis décembre dernier et la fin de la mission de combat de l'OTAN, l'armée et la police afghanes sont seules pour faire face aux combattants islamistes, talibans pour la plupart. Quelque 13'000 soldats étrangers sont toujours déployés en Afghanistan, mais leur mission se limite à la formation de leurs homologues afghans.

"Les froides statistiques concernant les victimes civiles ne traduisent pas toute l'horreur de la violence en Afghanistan", a commenté le chef de l'Unama, Nicholas Haysom, cité dans le rapport.

ATS