Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La politique agricole 2014-17 va susciter des étincelles au Conseil national. La commission préparatoire a été submergée par les propositions individuelles et les premières décisions sont tombées de manière très serrée. Mais les conservateurs n'ont pas réussi à enterrer le projet.

Par 17 voix contre 7, la commission de l'économie du National est entrée en matière sur la politique agricole, qui assortie d'une enveloppe de 13,67 milliards pour quatre ans, a-t-elle indiqué mercredi. Une proposition de renvoi a échoué dans les mêmes proportions.

La minorité rejette la révision de la loi sur l'agriculture car elle exige davantage de prestations pour des moyens financiers inchangés. A ses yeux, cette situation serait inacceptable pour les paysans, étant donné le prix très faible des produits.

Suite en août

Grâce à la voix prépondérante de son président Christoph Darbellay (PDC/VS), qui a tranché un score de 11 à 11, la commission a approuvé l'inscription dans la loi du principe de la souveraineté alimentaire. Il s'agira de prendre en considération les besoins des consommateurs en produits du pays diversifiés, durables et de haute qualité.

Par 12 voix contre 11, la majorité a aussi refusé d'étendre la notion d'agriculture aux activités para-agricoles. Une telle généralisation irait à l'encontre de l'objectif visé, soit l'utilisation efficace des moyens financiers, et fausserait la concurrence avec l'artisanat et l'industrie, a-t-elle estimé.

Pour la minorité, les activités proches de l'agriculture revêtent une grande importance pour de nombreuses exploitations. L'examen de la politique agricole se poursuivra dès mi-août.

ATS