Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'artiste contestataire chinois Ai Weiwei a interjeté l'appel contre une décision judiciaire qui maintient l'énorme redressement fiscal dont il est objet, a annoncé vendredi son avocat. Ce dernier a précisé que les autorités judiciaires disposaient de 60 jours pour rendre une décision sur l'appel.

"Je pense que la probabilité d'obtenir un nouveau procès est mince, mais nous allons nous battre", a déclaré Pu Zhiqiang.

Plainte rejetée

Le 20 juillet, la justice chinoise avait rejeté la plainte déposée par Ai Weiwei et ses conseillers juridiques contre un redressement de 15 millions de yuans (2,3 millions de francs) imposé à Fake Cultural Development Ltd, une entreprise créée par l'artiste mais enregistrée au nom de son épouse.

L'artiste quinquagénaire avait dans la foulée annoncé qu'il allait interjeter l'appel, même s'il ne se fait guère d'illusions en général sur l'indépendance de la justice en Chine et sur son cas en particulier.

Mesure politique

Selon M. Ai, son redressement fiscal n'est qu'une mesure politique destinée à le "briser" et les autorités lui refusent de surcroît des moyens équitables pour se défendre.

L'artiste touche-à-tout, souvent invité à l'étranger pour des expositions de ses oeuvres dans les plus grands musées, avait été détenu dans un lieu inconnu de début avril à fin juin 2011. Cette détention avait soulevé une vague d'indignation à travers le monde.

Ai Weiwei, farouche critique du régime communiste, vit en permanence sous surveillance, sans être autorisé à quitter la Chine malgré la fin officielle de sa liberté conditionnelle d'un an, qui lui imposait de rester à Pékin.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS