Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Pour l'exposition du pavillon suisse de la Biennale de Venise, l'artiste Carol Bove a pris comme point de départ les constellations figuratives de Giacometti. Ici, ses installations "A Bird" (à gauche) et "Cage" (à droite).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

Le ministre de la culture Alain Berset a inauguré vendredi après-midi le pavillon suisse de la 57e Biennale d’art de Venise, qui s'ouvre samedi jusqu'au 26 novembre. Il doit y rencontrer son homologue autrichien Thomas Drozda.

"La Suisse occupe une place importante dans le monde des arts et de la culture. Et son pavillon, ici à Venise, peut être considéré comme son ambassade artistique", a relevé le conseiller fédéral, selon une version écrite de son allocution inaugurale. La Suisse "y exerce une forme de diplomatie subtile et souvent remarquable", a-t-il poursuivi.

Alain Berset a déploré qu'Alberto Giacometti n'ait jamais représenté la Suisse à Venise auparavant, lui qui était réticent à y participer. Aussi, parvenir à convier l'artiste grison à la Biennale "plus de 50 ans après sa mort, en respectant scrupuleusement, non pas sa volonté, mais l'esprit de son oeuvre, est une prouesse diplomatique qui fait honneur au génie helvétique", a souligné M. Berset.

Carol Bove et le duo formé par Teresa Hubbard et Alexander Birchler ont ainsi réuni divers éléments lui rendant hommage, supervisés par le curateur Philipp Kaiser.

Alain Berset et Thomas Drozda, ministre autrichien de la culture, vont visiter ensemble les pavillons suisse et autrichien. Le chef du Département fédéral de l'intérieur (DFI) doit aussi rencontrer divers artistes suisses présents à Venise.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS