Toute l'actu en bref

Il faudra notamment convaincre les femmes d'accepter de travailler jusqu'à 65 ans, a rappelé Alain Berset (archives).

Keystone/ANTHONY ANEX

(sda-ats)

Le Parlement a fait son travail et adopté une "bonne réforme" des retraites, s'est réjoui vendredi Alain Berset devant la presse. Refusant de faire des pronostics sur l'issue de la votation, le ministre des assurances sociales a insisté sur la nécessité d'explication.

A la question "le plus dur est-il fait ou à faire?", le conseiller fédéral a botté en touche. Face à la campagne de votation qui s'annonce, il veut d'abord prendre le temps d'expliquer la réforme à la population. "Seule la transparence créera les conditions qui aboutiront à une majorité à la fin."

La réforme comporte des points plus difficiles à faire passer comme l'élévation de l'âge de la retraite des femmes à 65 ans ou la baisse du taux de conversion du capital du 2e pilier en rentes. Mais elle garantit globalement le niveau des rentes et la sécurité des versements pour les années à venir. "Un échec serait la solution la plus chère de toutes", a rappelé le ministre.

Alain Berset joue gros. Si le peuple vote "oui", il sera le premier conseiller fédéral à faire passer une réforme sur les retraites depuis Ruth Dreifuss. La socialiste a réussi avec la 10e révision de l'AVS en 1995. Ses successeurs libéraux-radicaux se sont cassés les dents sur le sujet.

ATS

 Toute l'actu en bref