Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Plein d'humour, magistrat proche du peuple et fan autoproclamé de Berne: les habitants de la capitale se rappelleront de leur ancien président, Alexander Tschäppät, mort vendredi (archives).

KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE

(sda-ats)

L'ancien maire de la Ville de Berne et conseiller national Alexander Tschäppät est mort vendredi, indique samedi le conseil communal de la ville. Le socialiste de 66 ans était atteint d'un cancer.

La ville fédérale perd ainsi un homme charismatique, proche du peuple, qui était aussi populaire que clivant. Ses opposants pestaient contre le père convivial de la ville qu'ils surnommaient le "démocrate jovial". Ses supporters l'aimaient pour son don de la répartie, son humour, mais aussi son flair politique.

Après près de 20 ans comme président de tribunal à Berne, Alexander Tschäppät a été élu au conseil municipal en 2001. En 2005, il est élu à la présidence de la ville. Il marchait ainsi dans les pas de son père Reynold, président de 1966 à 1979.

Alexander Tschäppät a siégé une première fois au Conseil national entre 1991 et 2003. En 2011, il ratait sa réélection, mais a pu réintégrer la Chambre du peuple lorsque son collège de parti, Hans Stöckli, est passé au Conseil des Etats. Le socialiste était membre du National jusqu'à sa mort.

Fêtes et qualité de vie

Pour Alexander Tschäppät, Berne a toujours été la "plus belle ville du monde". Il se déclarait "fan de Berne" lors des nombreuses manifestations publiques. En tant que président de la ville, il a reçu des lauriers pour la transformation de la place fédérale, pour le championnat européen de foot en 2008, pour le baldaquin qui surplombe la place de la gare ou encore pour le Centre Paul Klee.

Alexander Tschäppät n'hésitait pas non plus à souligner lui-même les mérites de la coalition rose-vert. "Nous avons transformé l'exode urbain en un exode rural. Le nombre d'habitants a enfin augmenté. Par ailleurs, nous avons fait passer le budget du rouge au noir, et cela en renforçant le service public."

"Laisser-faire"

Mais il a également été confronté aux défaites et aux critiques. Pour le camp bourgeois, il était un politicien du "laisser-faire". Et il a plutôt brillé par son absence au National.

Son penchant pour l'auto-représentation s'est fait remarquer. Il s'est permis quelques sérieux scandales, notamment des blagues sur le dos des Italiens. Les femmes de son parti trouvaient ses dictons parfois teintés d'un machisme lourd. Pourtant, les Bernois lui ont toujours pardonné ses gaffes. Personne ne transmettait la joie de vivre bernois mieux que lui.

Quand Alexander Tschäppät a tenté de passer le relais à sa collègue de parti, la conseillère municipale Ursula Wyss, beaucoup ont toutefois désapprouvé cette "monarchie héréditaire". L'électorat a porté son choix sur le conseiller national Alec von Graffenried de la liste libre des Verts, soutenu par le parti bourgeois.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS