Le constructeur ferroviaire français Alstom a augmenté son chiffre d'affaires de 2,5% au troisième trimestre de son exercice décalé 2019/20, à 2,06 milliards d'euros (2,2 milliards de francs), et a confirmé jeudi ses objectifs.

Les prises de commandes des trois derniers mois de 2019 ont progressé de 5% à 3,56 milliards d'euros, avec notamment des gros contrat pour des trains de banlieue à Perth et le métro de Sydney en Australie, la modernisation de trains pendulaires au Royaume-Uni et le renouvellement et l'automatisation du métro de Marseille.

Le carnet de commandes atteint ainsi le niveau record de 43 milliards d'euros au 31 décembre 2019, offrant "une bonne visibilité sur le chiffre d'affaires à venir" selon la direction.

Sur les neuf premiers mois de l'exercice, le chiffre d'affaires du groupe français est en progression de 3% --et de 2% à périmètre et taux de change constants-- à 6,20 milliards d'euros.

Les prises de commandes sont en revanche en repli de 22% sur neuf mois, à 8,18 milliards d'euros, mais Alstom avait signé des contrats significatifs en 2018/19 avec le "TGV du futur" en France et le matériel du métro léger de Montréal.

"La performance commerciale d'Alstom a été particulièrement dynamique ce trimestre, bénéficiant d'un contexte très porteur en Europe et en Asie/Pacifique", s'est réjoui le PDG Henri Poupart-Lafarge, cité dans un communiqué.

"Le marché ferroviaire est clairement en plein élan, poussé par l'attention croissante pour la cause environnementale. Nous sommes pleinement engagés à contribuer à la transition vers un avenir décarboné grâce à nos solutions de mobilité durable", a-t-il ajouté.

Côté perspectives, Alstom répète que l'exercice 2019/20, qui s'achèvera fin mars, "sera une année de stabilisation de la croissance après une année 2018/19 de croissance exceptionnelle", avec "une progression du chiffre d'affaires et de la profitabilité inférieure aux objectifs moyens" de son plan stratégique.

A plus long terme, le groupe ferroviaire français a indiqué qu'il visait toujours "un taux de croissance annuel moyen du chiffre d'affaires d'environ 5%" d'ici à 2022/2023 et une "marge d'exploitation ajustée devant atteindre environ 9%" à cet horizon.

Sur 2018/19, le constructeur ferroviaire avait publié des ventes en hausse de 10% à 8,1 milliards d'euros et fait état d'un bond des commandes de 69% à 12,1 milliards. La marge d'exploitation avait atteint 7,1%.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.