Navigation

Alstom a plus que triplé son bénéfice net au 1er semestre 2018/19

Le semestre s'est révélé particulièrement faste pour Alstom, avec une commande de 100 "TGV du futur" en France, un métro léger automatique pour Montréal, des trains pendulaires en Italie, des métros à Bombay et Taipei, ou encore des locomotives électriques au Maroc. (archives). KEYSTONE/AP/MICHAEL PROBST sda-ats
Ce contenu a été publié le 14 novembre 2018 - 09:02
(Keystone-ATS)

Alstom, qui doit fusionner prochainement avec les activités ferroviaires de son rival allemand Siemens, a bouclé un premier semestre 2018/19 faste. Le fabricant français de matériel ferroviaire a vu son bénéfice net plus que tripler en un an à 563 millions d'euros.

Le chiffre d'affaires a bondi de 20% au regard des six premiers mois de l'exercice décalé 2017/18 à 4,01 milliards d'euros (4,52 milliards de francs), tandis que les entrées de commandes ont plus que doublé à 7,12 milliards, a indiqué mercredi le groupe. A l'issue de la période sous revue, le carnet d'ordres atteignait un niveau record de 38,1 milliards d'euros (en hausse de 9% sur un an).

Le semestre s'est révélé particulièrement faste, avec une commande de 100 "TGV du futur" en France, un métro léger automatique pour Montréal, des trains pendulaires en Italie, des métros à Bombay et Taipei, ou encore des locomotives électriques au Maroc. Alstom s'est félicite d'"excellents résultats", mettant en particulier l'accent sur un résultat net "exceptionnellement élevé".

Le géant français a adapté ses chiffres à la nouvelle norme comptable IFRS15 depuis l'an dernier. Il avait au premier semestre 2017 publié un résultat net de 213 millions d'euros, pour un chiffre d'affaires de 3,7 milliards. La nouvelle norme prend en compte dans le chiffre d'affaires les coûts encourus au fil de la progression des projets, et non plus simplement les grands jalons de ces derniers.

Cessions en vue

"Le carnet de commandes à un nouveau niveau record fournit une visibilité importante sur les ventes à venir et notre performance opérationnelle remarquable reflète l'exécution solide des projets", a commenté le directeur général d'Alstom, Henri Poupart-Lafarge, cité dans le communiqué.

Pour l'ensemble de l'exercice, Alstom attend un chiffre d'affaires d'environ 8 milliards d'euros, contre 7,35 milliards en 2017/18 (mais 7,95 milliards publiés alors). La marge opérationnelle ajustée est quant à elle anticipée à 7%.

"A moyen terme, Alstom devrait continuer à 'surperformer' la croissance du marché, à améliorer graduellement sa profitabilité, et à améliorer sa génération de cash, avec une volatilité possible sur de courtes périodes", ajoute-t-il.

Concernant la fusion avec les activités ferroviaires du groupe allemand Siemens, dont la finalisation est attendue au premier semestre 2019, Alstom note que les deux groupes "vont maintenant discuter des préoccupations détaillées de la Commission" européenne, qui leur a communiqué ses "griefs" fin octobre.

Bruxelles craint que la fusion "ne réduise la concurrence pour la fourniture de plusieurs types de trains et de systèmes de signalisation", et pourrait exiger des cessions d'actifs.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article