Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des chercheurs russes ont réussi à atteindre le mystérieux lac Vostok enfoui sous 3768 mètres de glace dans l'Antarctique. L'achèvement des travaux entamés il y a plus de 20 ans va permettre de réaliser "une étude scientifique fondamentale" sur les changements climatiques.

Isolé de la surface depuis des centaines de milliers d'années, ce lac d'eau pure de 250 kilomètres de long et 50 km de large - 12'500 km2 - pourrait contenir des formes de vie inconnues à ce jour.

"On a découvert des bulbes gazeux dans la glace juste au-dessus du lac. On va étudier leur contenu qui nous permettra peut-être de faire des prévisions sur d'éventuels changements climatiques à l'avenir", a expliqué l'Institut russe de recherche scientifique.

Travaux interrompus

"Les travaux de forage ont commencé en 1989 avec pour objectif de faire des recherches sur la paléoclimatologie", a expliqué l'institut. Mais au début des années 1990, ils "ont été suspendus en raison d'un manque de financement, la situation économique étant très compliquée après la chute de l'URSS" en 1991, a-t-il poursuivi.

Les opérations ont repris en 1996 avant d'être à nouveau interrompues en 1998, à la suite d'appels de la communauté internationale inquiète d'une possible catastrophe écologique en raison de l'utilisation de technologies peu adaptées à ces travaux délicats.

"Finalement, de nouvelles technologies de forage ont été développées par les spécialistes de l'Institut des mines à Saint-Pétersbourg et les travaux ont repris en 2006", a ajouté l'institut.

ATS