Navigation

Après un Jordanien, un diplomate tunisien enlevé à Tripoli

Ce contenu a été publié le 17 avril 2014 - 17:26
(Keystone-ATS)

Un diplomate tunisien a été enlevé jeudi à Tripoli, a indiqué à l'AFP une source des services de sécurité libyens. Ce rapt intervient au lendemain de l'enlèvement de l'ambassadeur jordanien dans cette même ville.

Une source tunisienne à Tripoli a confirmé l'enlèvement d'Al-Aroussi Al-Fatnassi, mais n'était pas en mesure de donner davantage de détails. Un responsable de la Direction de police de Tripoli a précisé que le diplomate avait été enlevé par des inconnus dans le centre de Tripoli, non loin de l'ambassade tunisienne.

Contacté par l'AFP, l'ambassadeur de Tunisie en Libye, Ridha Boukadi, a refusé de s'exprimer. Le porte-parole du ministère libyen des affaires étrangères Saïd Lassoued a indiqué qu'il n'était pas en mesure de démentir ou de confirmer l'information, tandis que le ministère tunisien des affaires étrangères était en train de la vérifier.

Un employé de l'ambassade de Tunisie en Libye avait déjà été enlevé par des inconnus le 21 mars dernier à Tripoli. Aucune information n'a circulé depuis sur son sort.

Libérer des jihadistes

Depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, les représentations diplomatiques en Libye sont régulièrement la cible d'attaques et d'enlèvements. Cinq diplomates égyptiens ont été enlevés en janvier et détenus durant deux jours par une milice qui aurait réclamé la libération de son chef arrêté en Egypte.

Un fonctionnaire de l'ambassade de Tunisie à Tripoli a également été enlevé en mars. Son sort demeure là encore inconnu.

Selon des sources diplomatiques à Tripoli, ces rapts sont souvent perpétrés par des milices qui tentent d'obtenir la libération de Libyens, en particulier des jihadistes, détenus à l'étranger.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.