Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'armée birmane affronte les violences les plus meurtrières depuis des mois (image d'illustration).

KEYSTONE/EPA/SENG MAI

(sda-ats)

Au moins 71 policiers et rebelles ont été tués vendredi dans l'ouest de la Birmanie après l'assaut de postes frontières par des musulmans rohingyas, selon les autorités birmanes. L'ONU a condamné ces violences, les plus meurtrières depuis des mois.

Selon le décompte publié par les services de la conseillère d'Etat Aung San Suu Kyi, douze membres des forces de l'ordre et 59 "terroristes" rohingyas ont été tués.

Ces affrontements ont éclaté après une attaque de grande ampleur menée par les rohingyas contre 24 commissariats de police et une base militaire.

"Toutes les parties doivent éviter la violence, protéger les civils et rétablir l'ordre", a déclaré Renata Lok-Dessallien, coordinatrice de l'ONU pour la Birmanie, dans un communiqué publié à Genève. "Nous sommes profondément inquiets de la situation sécuritaire dans l'Etat de Rakhine", a-t-elle ajouté.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS