Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les deux militaires suisses blessés samedi dans l'attentat de Bamako, au Mali, ont été rapatriés dimanche après-midi. Leur état est stable et ils sont hors de danger.

Ils sont arrivés dimanche à l'aéroport de Berne-Belp à bord d'un avion de la REGA avant d'être hospitalisés, a confirmé le Centre de compétences de l'Armée suisse pour les missions à l'étranger (SWISSINT) dans un communiqué.

Les deux blessés avaient d'abord été transportés de Bamako vers la capitale sénégalaise samedi soir après une opération par des médecins de l'ONU et une première stabilisation de leur état, précise SWISSINT. A nouveau stabilisés, ils ont pu quitter Dakar tôt dimanche matin dans un avion de la REGA.

Pas directement visés

A leur arrivée à Berne, ils ont été immédiatement transportés à l'hôpital en ambulance. L'un vient de Suisse romande, l'autre de Suisse alémanique, a précisé une porte-parole de SWISSINT, Cornelia Mathis, confirmant une information de la RTS.

Les deux Suisses n'étaient pas la cible directe de l'attaque qui a coûté la vie à cinq personnes, dont un Français et un Belge qui travaillait comme officier de sécurité de la délégation de l'Union européenne au Mali. Huit personnes ont été blessées.

Un troisième militaire suisse se trouvait au moment de l'attaque dans le restaurant visé - un établissement fréquenté par des étrangers. Il n'a pas été blessé et restera au Mali.

Décision politique

Actuellement, cinq militaires suisses sont engagés au Mali en tant qu'experts en munitions. Trois d'entre eux le sont dans le cadre de missions des Nations unies. Les deux autres sont en voyage de service, a précisé un autre porte-parole, Mirco Baumann.

Le porte-parole ne pouvait pas dire si la Suisse va rapatrier l'ensemble de ces militaires. La décision d'interrompre ou non une mission est une décision politique et dépend du Conseil fédéral, a-t-il expliqué. Le gouvernement à Berne se réjouit que les deux militaires aient pu être rapatriés et leur souhaite un bon rétablissement, a indiqué André Simonazzi, porte-parole du Conseil fédéral dimanche devant la presse.

L'attaque contre un restaurant de Bamako constitue la deuxième opération dans laquelle des militaires suisses sont blessés à l'étranger. En septembre 2004, deux soldats avaient été légèrement blessés dans une attaque à la roquette en Afghanistan.

Par ailleurs, deux enfants touaregs et un Casque bleu tchadien ont été tués dimanche par des tirs de roquettes à Kidal, dans le nord-est du Mali.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS