Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Au moins 22 personnes ont été tuées et 20 blessées dans un attentat suicide. L'attaque a été perpétrée près d'une mosquée vendredi après-midi dans le nord-ouest du Pakistan, bastion de la rébellion islamiste, selon un bilan fourni par les autorités locales.

L'explosion a eu lieu dans la vallée de Tirah, où des affrontements entre l'armée et un groupe rebelle avaient fait au moins 33 morts, dont dix soldats, dans la matinée, selon ces mêmes sources. La vallée est située dans le district tribal de Khyber, frontalier de l'Afghanistan.

"Le kamikaze s'est fait exploser près de l'entrée d'une mosquée au moment où les fidèles sortaient du bâtiment après la prière du vendredi", a précisé Jamilur Rehman, un responsable administratif de Khyber.

"D'après nos informations, au moins 20 personnes ont été tuées et 20 blessées", a-t-il ajouté, en précisant que le nombre de victimes pourrait augmenter. "La mosquée se trouve dans une zone contrôlée par le chef de guerre Mangal Bagh. La plupart des hommes tués dans l'attentat faisaient partie de son groupe", a précisé M. Rehman.

Poste de contrôle attaqué

Dans la matinée, le groupe de Mangal Bagh, le Lashkar-e-Islam, avait attaqué un poste de contrôle de l'armée dans la même vallée, et provoquant des combats qui ont duré six heures selon les autorités locales. Au moins dix soldats et 23 rebelles y avaient été tués, avaient-elles ajouté.

L'armée et les rebelles se sont affrontés régulièrement ces derniers mois dans plusieurs zones tribales dont la Khyber, stratégique car abritant l'un des principaux point de passage entre le Pakistan et l'Afghanistan. En octobre dernier, environ 18 000 habitants avaient fui le district par peur des combats.

Les talibans pakistanais alliés à Al-Qaïda avaient décrété en 2007 le jihad contre le gouvernement pour le punir de son alliance avec les Etats-Unis dans leur "guerre contre le terrorisme". Ils sont les principaux responsables d'une vague d'attentats qui a tué près de 5000 personnes depuis.

ATS