Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Zurich - Alors que la crise s'estompe, les PME suisses sont moins optimistes que l'an passé quant à leur avenir, selon le Credit Suisse. De plus en plus nombreuses à saisir l'opportunité d'exporter, elles se heurtent notamment à la charge du travail administratif et au manque de partenaires.
Comme évoqué dans son édition 2009, la dernière étude "Grandes tendances. Chances et risques pour les PME" du Credit Suisse présentée à Zurich laisse entrevoir une intensification des défis d'ordre structurel. Pour les 1800 chefs de petites et moyennes entreprises (PME) interrogés, ces risques structurels prennent désormais le dessus sur les aspects conjoncturels.
Sondées sur six grandes tendances, à savoir la démographie, la pénurie de ressources, le changement de valeurs, le progrès technologique, la société de la connaissance et la mondialisation, moins de la moitié (49%) des PME les jugent encore porteuses. L'an passé, elles étaient encore 54%. Pour près de 26% (23% en 2009), les risques l'emportent.
Selon les économistes du numéro deux bancaire helvétique, les PME manifestent une baisse d'optimisme particulièrement là où le pouvoir d'action semble leur faire défaut. Comme auparavant, elles continuent à placer leur confiance dans le savoir et la technologie, les progrès en la matière étant considérés comme la tendance présentant le plus de chances. Il en va de même pour celle de la société de la connaissance.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS