Navigation

Australie: l'évêque des armées poursuivi pour pédophilie

Ce contenu a été publié le 30 juin 2014 - 07:50
(Keystone-ATS)

L'évêque des forces armées australiennes, un des plus hauts dignitaires de l'Eglise catholique du pays, a démissionné après avoir été accusé d'abus sexuels sur un mineur, ont annoncé lundi les autorités religieuses. L'évêque, âgé de 68 ans, "dément catégoriquement", a précisé l'Eglise.

Max Davis, qui réfute les accusations portées contre lui, est le premier évêque australien à être poursuivi pour pédophilie. Il est accusé d'avoir agressé sexuellement un élève en 1969, lorsqu'il enseignait au collège Saint Benoît près de Perth (ouest), deux ans avant son ordination. La police n'a pas donné d'autres détails.

Les forces de défense australiennes ont elles aussi indiqué que Max Davis n'exercerait plus ses fonctions, qu'il occupe depuis 2003, pendant toute la durée de l'enquête. Elles n'ont pas souhaité ajouter de commentaires. Max Davis devrait apparaître devant la justice au cours des prochaines semaines.

En avril 2013, l'Australie a ouvert une enquête publique sur les abus sexuels perpétrés sur des enfants placés dans des institutions religieuses, associatives ou publiques. Quelque 5000 victimes présumées sont actuellement entendues.

L'Eglise catholique est secouée depuis plusieurs années par une série de scandales pédophiles, notamment en Autriche, Belgique, Irlande, Allemagne et aux Etats-Unis. En Australie, le cardinal George Pell, plus haut responsable catholique du pays, avait admis il y a un an que l'Eglise avait voulu protéger sa réputation, couvrant les accusations de pédophilie depuis les années 30.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.