Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Trois enquêtes sont en cours en Suisse concernant des incidents avec des drones (archives).

KEYSTONE/AP/NATI HARNIK

(sda-ats)

Les rapprochements dangereux (airprox) sont en hausse dans le ciel suisse. Le Service suisse d'enquête de sécurité (SESE) en a comptabilisé seize l'an dernier, contre quatre en 2015. Les drones préoccupent également.

Ces chiffres émanent du rapport annuel 2016 du SESE, publié fin juillet et évoqué par Le Matin Dimanche et la SonntagsZeitung. Au total, 83 incidents ont été enregistrés en 2016. Il n'y en avait plus eu autant depuis vingt ans.

Les quasi-collisions ont particulièrement crû passant de quatre à seize en un an. Le SESE met en cause principalement les erreurs du système dans l'espace aérien zurichois ainsi que les différents systèmes d'alertes des petits avions qui ne sont pas compatibles les uns avec les autres.

Le service observe également une nette hausse des rapprochements dangereux avec des drones. Trois enquêtes sont en cours actuellement. Selon des estimations de l'Office fédéral de l'aviation civile (OFAC), environ 20'000 drones sont déjà utilisés en Suisse à titre privé ou commercial.

L'OFAC est conscient de cette accumulation d'incidents, note une porte-parole dans l'hebdomadaire alémanique. La ministre des transports Doris Leuthard a chargé l'office d'une restructuration complète de l'espace aérien suisse en fonction des besoins actuels et à venir. Les écoles et clubs seront également sensibilisés.

Pour ce qui est des trains, des bus et des transports à câble, 2016 a été dans la moyenne, notait le SESE dans son rapport. Un net recul est enregistré sur les passages à niveau non gardés. Au total, plus de 1500 accidents ou incidents dangereux ont été signalés et 159 enquêtes ont été ouvertes.

ATS