Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le groupe vaudois Logitech a vu son bénéfice reculer nettement au troisième trimestre de son exercice 2011/2012. Le fabricant de périphériques informatiques a enregistré un résultat net de 55 millions de dollars, soit 15,4% de moins qu'un an auparavant.

Le bénéfice opérationnel s'est contracté de 8% à 70 millions de dollars. Le chiffre d'affaires a reflué de 5% à 715 millions de dollars (664 millions de francs). Les taux de change n'ont pas eu d'impact sur les ventes, a précisé Logitech jeudi.

Dans la zone Europe/Moyen-Orient/Afrique, les recettes ont décliné de 5%. La conjoncture pèse toujours sur le moral des consommateurs dans plusieurs marchés matures de l'ouest de l'Europe, comme l'Italie et l'Espagne, note Logitech. Mais les marchés émergents sont toujours en forte croissance, à l'image de la Russie.

Effet Google TV

Du côté des Amériques, le chiffre d'affaires a diminué de 8%. La chute des ventes de boîtiers pour Google TV a été un facteur important. Elle vient d'une baisse des prix introduite au trimestre précédent ainsi que de l'intention annoncée d'abandonner le produit.

Le stock de ces boîtiers est désormais épuisé, précise Logitech. Le développement dans la zone Amériques a été en outre influencé négativement par une évolution particulièrement mauvaise dans le domaine des caméras pour internet et des télécommandes.

En revanche, l'Asie affiche une croissance de 13%. La Chine a porté la performance, grâce à un bond des ventes de 45% via des progressions dans toutes les catégories de produits.

Prévisions abaissées

Pour l'ensemble de l'exercice, le groupe revoit une nouvelle fois ses prévisions à la baisse: il table sur un chiffre d'affaires annuel de 2,3 milliards de dollars et non plus de 2,4 milliards, et un bénéfice opérationnel de 60 millions au lieu de 90 millions.

Logitech invoque le changement de plusieurs facteurs depuis sa dernière estimation, qui datait de l'automne dernier et qui constituait déjà l'abaissement d'une précédente prévision. Notamment, l'euro s'est considérablement affaibli face au dollar.

ATS