Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Ban Ki-moon s'est exprimé devant l'Assemblée fédérale. Un moment historique lors duquel le secrétaire général de l'ONU a remercié la Suisse pour dix ans de collaboration fructueuse. Polyglotte, Ban Ki-moon n'a pas manqué, entre rappels et espoirs, de glisser un peu d'humour.

Après avoir évoqué les événements ayant marqué cette décennie, M. Ban s'est livré, parfois même en français, à une description de quelques caractéristiques suisses: "Vous avez su faire de votre diversité linguistique une force, dans le même esprit que les Nations Unies."

Le diplomate sud-coréen ne s'est pas contenté de remercier la Suisse, selon lui "pilier de la démocratie", pour son "engagement au service des droits humains". Il a également souligné le fait que, alors que presque tous les pays diminuent le budget de l'aide internationale, la Suisse y consacre des fonds supplémentaires.

Evoquant le premier Suisse à avoir présidé l'Assemblée générale de l'ONU, il a rappelé que "Joseph Deiss est réputé ponctuel. Tout comme la Suisse, horloger du monde. Ce calme est parfois associé à du détachement. Mais derrière ce calme se cache la passion du choix juste, la passion comme compassion", a-t-il affirmé.

Conseil de sécurité

Salué par le président du Conseil national Hansörg Walter ainsi que le président du Conseil des Etats Hans Altherr, Ban Ki-moon a ensuite rejoint la résidence du Lohn pour un déjeuner de travail en compagnie d'Eveline Widmer-Schlumpf, de Doris Leuthard et de Didier Burkhalter.

La présidente de la Confédération a abordé la question d'une candidature de la Suisse au Conseil de sécurité. Face à ce qu'impliquerait une telle participation pour le pays, notamment quant à sa neutralité, elle a concédé devant la presse "qu'il serait parfois nécessaire de prendre des décisions difficiles".

Cette visite de deux jours, initiée lundi à Genève et poursuivie à Berne, a permis de confirmer la bonne collaboration, et la satisfaction des deux parties.

"Aidez-nous à ce que le Conseil des droits de l'Homme soit un acteur fort. Aidez-nous à mettre un terme au conflit syrien", a imploré Ban Ki-moon, tout en se montrant confiant: "Il est bon de savoir que nous pouvons compter sur le soutien de la Suisse".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS