Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Football - A cinq jours du Clasico contre le Real Madrid, le temps est toujours au beau fixe pour le FC Barcelone. Les Catalans se sont imposés 2-0 à Lisbonne face au Benfica.
Cette victoire face à son rival le plus dangereux place bien sûr le FC Barcelone sur une voie royale dans ce groupe G. Comme en Liga avec ses six victoires en six rencontres, la formation de Tito Vilanova survole son sujet en ce début de campagne européenne. Victorieux 3-2 du Spartak Moscou lors de la première journée, elle aura l'occasion d'enfoncer le clou le 24 octobre au Camp Nou contre le Celtic.
Le seul point noir de la soirée ne fut pas l'expulsion sévère de Busquets à la 88e mais bien la sortie sur blessure de Puyol. Le capitaine est mal retombé sur son bras gauche après un duel aérien. On pouvait redouter une fracture. Déjà contraint de composer sans Piqué qui souffre de la cuisse, Tito Vilanova devra "inventer" une défense pour dimanche. Il sera sans doute contraint d'aligner en charnière centrale deux demis de métier, Mascherano et Song.
Six minutes seulement ont suffi au FC Barcelone pour asseoir sa supériorité. Les Catalans trouvaient l'ouverture sur leur premier mouvement, un centre de la gauche de Messi pour Sanchez qui se jetait avant les défenseurs. Préféré à Villa, le Chilien fut un danger constant pour les Lusitaniens. Il bénéficiait ainsi de trois possibilités pour doubler la mise mais la réussite devait le fuir.
Composé... de dix Sud-Américains et d'un Serbe, le Benfica a tenté de surprendre Barcelone par un jeu vertical qui mettait en valeur Bruno Alves. Seulement, les occasions furent bien rares pour les Lusitaniens face au duo Puyol/Mascherano. Même si Valdes fut à l'ouvrage à trois reprises, jamais les Catalans n'ont donné l'impression de devoir plier. Une fois de plus, ils s'en sont remis à ce jeu collectif extraordinaire qui fait de la possession du ballon un dogme. Ils pliaient l'affaire dix minutes après la reprise avec le 2-0 de Fabregas. L'ancien Gunner avait été lancé à la perfection par Messi qui, sur cette action, s'est fait l'auteur d'une accélération diabolique.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS