Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les Etats-Unis ont souligné samedi "l'importance" de leurs liens avec le Pakistan. Washington a également présenté ses condoléances à Islamabad, après la pire bavure des Occidentaux au Pakistan en dix ans, qui a provoqué samedi à l'aube la mort de 26 militaires.

Le secrétaire américain à la Défense Leon Panetta et la secrétaire d'Etat Hillary Clinton ont présenté leurs plus "profondes condoléances", en précisant soutenir "l'intention de l'OTAN de lancer une enquête immédiate" sur l'attaque lancée par l'Alliance samedi matin à l'intérieur d'une des zones tribales, principale base arrière des rebelles talibans et d'Al-Qaïda.

Mme Clinton, le général américain John Allen, chef de la force de l'OTAN en Afghanistan (Isaf), et le général Martin Dempsey, chef d'état-major interarmées, ont appelé leurs homologues pakistanais pour discuter de la situation.

Accords à reconsidérer

Le Pakistan a annoncé samedi qu'il allait reconsidérer tous ses accords avec Washington et l'OTAN, notamment dans les domaines diplomatique, militaire et du renseignement, à la suite de cette bavure des Occidentaux.

Samedi soir, un porte-parole de l'Isaf, le général allemand Carsten Jacobson, a jugé "très probable" qu'un soutien aérien réclamé des forces afghanes et de l'Alliance atlantique qui opéraient dans la province afghane de Kunar ait causé les pertes pakistanaises.

ATS