Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Silvio Berlusconi avec ses alliés Matteo Salvini (Ligue du Nord) et Giorgia Meloni (Frères d'Italie). L'alliance de droite est donnée victorieuse des élections législatives du 4 mars, mais sans toutefois obtenir la majorité absolue au Parlement (archives).

KEYSTONE/AP ANSA/CLAUDIO PERI

(sda-ats)

Silvio Berlusconi a déclaré mardi que l'Italie ne devait pas quitter l'euro. Il a assuré que son principal allié pour les élections législatives du 4 mars, la Ligue du Nord, était d'accord sur ce fait.

Le leader de la Ligue du Nord, Matteo Salvini, a fait des déclarations contradictoires sur l'euro, accusé par beaucoup d'Italiens d'être responsable des difficultés économiques de leur pays. Il s'est moqué de l'idée d'un référendum proposé par le Mouvement Cinq Etoiles (M5S), mais la semaine dernière, il a promis de rectifier "l'erreur" représentée selon lui par la monnaie unique.

Silvio Berlusconi, qui espère permettre à la droite de revenir au pouvoir en mars, a déclaré que la monnaie de la zone euro devait continuer à être gérée comme le souhaite le président de la Banque centrale européenne Mario Draghi.

"Salvini n'est plus dans l'idée que nous devons quitter l'euro", a déclaré l'ancien "Cavaliere". "Il a compris que ce serait intenable pour notre économie."

Forza Italia, le parti de M. Berlusconi, la Ligue du Nord et un autre parti d'extrême droite, Frères d'Italie, sont donnés en tête des intentions de vote pour les élections législatives du 4 mars. Ils ne devraient toutefois pas obtenir la majorité absolue au Parlement.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS