Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Paris - Le Monde a annoncé lundi qu'il allait porter plainte contre X pour violation du secret des sources. Il estime que l'Elysée a eu recours en juillet dernier à des procédés illégaux pour identifier l'auteur des fuites vers la presse dans l'affaire Woerth-Bettencourt.
Le quotidien affirme que les services du contre-espionnage ont été utilisés pour rechercher l'informateur d'un de ses reporters qui enquête sur des soupçons de trafic d'influence à l'encontre du ministre du Travail Eric Woerth en raison de ses liens avec l'héritière de L'Oréal Liliane Bettencourt.
"En conséquence, Le Monde a décidé de déposer une plainte contre X pour violation du secret des sources", peut-on lire dans son édition datée de mardi.
Après plusieurs autres organes de presse, le journal accuse la présidence de la République d'avoir voulu mettre un terme aux révélations dans la presse, enfreignant ainsi la loi de 2010 sur la protection des sources des journalistes.
La présidence de la République a répondu qu'elle n'avait "jamais donné la moindre instruction" en ce sens.
"Woerthgate""S'affranchir ainsi des règles de la simple justice est la solution qu'a imaginée l'Elysée pour circonscrire l'incendie", lit-on dans un éditorial qui parle de "cabinet noir".
"Le Monde" affirme que des sources à la Direction générale de la police nationale (DGPN) et à la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) lui ont dit qu'ordre avait été donné à la DGPN de mettre fin aux fuites.
De son côté, le Parti socialiste parle "d'un nouveau scandale digne du Watergate, que l'on pourrait surnommer le "Woerthgate", allusion à l'affaire qui fit chuter le président américain Richard Nixon en 1974. "L'Elysée doit aujourd'hui répondre de ces atteintes intolérables", a affirmé la députée socialiste Aurélie Filipetti.
Ces révélations portaient sur l'audition de Patrice de Maistre, le gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt, qui a assuré qu'il avait été incité par Eric Woerth à procéder au recrutement de l'épouse de ce dernier, Florence, au sein de sa société Clymène.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS