Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les fraudeurs à la redevance radio-TV sont en hausse constante depuis 2012 (archives).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

Depuis 2012, le nombre de cas suspects dénoncés par Billag pour non déclaration d'un appareil de radio ou de télévision est en hausse constante. L'organe de perception a procédé à 2247 dénonciations en 2017, contre 652 en 2012.

Par rapport au total des ménages annoncés, ce taux reste très bas, a indiqué dimanche à l'ats le porte-parole de Billag Dominik Müller, revenant sur des informations de la SonntagsZeitung. L'an dernier, Billag a envoyé 5,2 millions de factures.

La plupart des dénonciations concernent des personnes qui ne déclarent qu'un appareil, radio ou télévision, alors qu'ils utilisent les deux. Elles interviennent lorsque les informations et les avertissements restent sans résultat.

L'an dernier, Billag a procédé à 61'000 mises aux poursuites, pour un total de 24 millions de francs. Selon le porte-parole, la morale de paiement est stable, et le taux de rappels d'environ 10% comparable voire plus bas que celui des caisses maladie.

Si la population dit oui le 4 mars à l'initiative No-Billag, la redevance disparaîtra dès 2019. Mais les poursuites engagées envers les mauvais payeurs ne cesseront pas pour autant, précise Caroline Sauser, de l'Office fédéral de la communication (OFCOM).

Pour 2018, le Conseil fédéral a réduit le délai de paiement à 30 jours. Cela en raison du changement de système: le mandat de Billag arrive à échéance à la fin de l'année et c'est la société Serafe SA qui prendra le relais.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS