Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Selon une étude, les transports publics suisses offrent un bon rapport prix-prestations en comparaison européenne (image d'illustration)

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

"Voyager en train, bus ou bateau est cher en Suisse". On entend souvent cette phrase dans la bouche des Suisses, mais aussi et surtout des touristes étrangers. Une étude publiée mardi contredit en partie ce préjugé.

"Les transports publics en Suisse ont un excellent rapport prix-prestations", telle est la conclusion de la troisième étude comparative des prix, publiée par le Service d'informations pour les transports publics (LITRA) et la communauté tarifaire Service direct suisse (ch-direct).

En comparaison européenne, la Suisse marque des points grâce à la "haute densité de son réseau et de son offre" et "une ponctualité remarquable". Les prix se situent dans la moyenne.

3e place pour le trafic intra-urbain

L'institut de recherche Infras a comparé les tarifs en Italie, Allemagne, France, Autriche, Pays-Bas, Grande-Bretagne et Suisse. Il a constaté partout une légère augmentation des prix entre 2016 et 2018.

Cela ne signifie toutefois pas la même chose pour toutes les catégories de clients. En Suisse, les prix des abonnements pour les usagers fréquents sont très avantageux, a souligné Remo Zandonella d'Infras mardi devant les médias. Le transport à l'intérieur des villes de même que de la ville vers la campagne est également attractif.

Avec un ticket à 2 francs, le trafic intra-urbain helvétique se classe à la 3e place, a précisé M. Zandonella. Les transports publics sont les plus avantageux dans les villes italiennes (1,40 francs); les plus chers dans les cités britanniques (5,60 francs).

Billets individuels chers

La Suisse se classe en revanche moins bien pour ce qui est des trajets individuels qui sont comparativement chers - en particulier dans les agglomérations et entre deux villes.

Les voyageurs occasionnels qui ne disposent pas d'un abonnement communautaire ou de zone doivent débourser près de deux fois plus que les usagers fréquents pour se rendre de la ville vers l'agglomération ou vice-versa. Comparés aux autres pays, les tarifs pour les personnes âgées sont aussi plus élevés.

Différenciation des prix

Autre conclusion de l'étude: le développement de la différenciation des prix, en particulier pour les voyageurs occasionnels. Les entreprises de transports publics proposent de plus en plus des billets à prix réduit, notamment lors de réservations anticipées ou de voyage en dehors de heures de pointe.

Ces offres rencontrent un franc succès: les billets dégriffés ainsi que les rabais pour des réservations anticipées, introduits ces dernières années, se sont rapidement développés et ont influencé positivement la perception des prix, a relevé la présidente de ch-direct Jeannine Pilloud. La veille, un nouveau record a été battu avec la vente de près de 18'000 billets dégriffés.

Le potentiel n'est toutefois pas encore complètement exploité, reconnaît Mme Pilloud. Les tarifs pour les voyageurs occasionnels et certaines catégories de clients devraient baisser de même que les obstacles pour les nouveaux clients, signale l'étude. La branche travaille pour améliorer le rapport prix-prestations, a assuré Mme Pilloud.

Nouvelles offres

L'ancienne cadre des CFF veut agir en particulier via la différenciation des prix. A l'aide de nouvelles offres et de rabais de fidélité, la part des transports publics dans le trafic de loisirs devrait augmenter, a-t-elle indiqué.

L'abonnement modulable représente l'une de ces nouveautés. Il s'adresse aux pendulaires qui voyagent en dehors d'une ou entre deux communautés tarifaires et souhaitent également emprunter le trafic local.

Depuis juin, des bus longue distance roulent en Suisse et desservent entre autres les trois principaux aéroports du pays à des prix plus avantageux. Interrogée sur l'attractivité de ces nouveaux venus, Mme Pilloud indique avoir du respect pour la nouvelle offre. Il faudra toutefois attendre 12 à 18 mois pour voir si ces lignes sont rentables et leur répercussion sur les transports publics, ajoute-t-elle.

Pas seulement des offres numériques

Du côté de ProBahn, l'organisation de défense des intérêts des usagers, on ne se montre pas surpris par les bonnes notes obtenues par la Suisse en matière de ponctualité et d'utilisation du réseau. Sa présidente, Karin Blättler, n'est en revanche pas tout à fait d'accord avec la mention "excellent" reçue pour le rapport prix-prestations.

Les prix des billets individuels sont encore bien trop chers en Suisse et les cartes journalières difficiles à rentabiliser. Ces dernières coûtent 75 francs et nécessitent un abonnement demi-tarif. Pour les rentabiliser, il faudrait effectuer un trajet plus long que Lugano-St-Gall, souligne Mme Blättler, contactée par Keystone-ATS.

Et d'ajouter que les tickets à prix préférentiels ne sont disponibles que de façon électronique. On essaie ainsi de pousser les usagers vers les applications. Ce n'est pas acceptable, dénonce-t-elle. Les rabais devraient être accessibles via tous les canaux de distribution. Aucun client ne devrait être exclu.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS