Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Logitech a tenu le haut de l'affiche jeudi à la Bourse suisse (archives).

KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

(sda-ats)

La Bourse suisse a terminé sur une note négative jeudi, le Swiss Market Index (SMI) cédant 0,61%. Les groupes vaudois Logitech et st-gallois Geberit ont retenu l'attention après des résultats.

A New York, Wall Street cédait nettement du terrain en début de séance, fragilisée par les résultats décevants de quelques vedettes de la cote dont Tesla et les incertitudes autour des relations commerciales avec la Chine. Les indicateurs économiques du jour se sont par ailleurs révélés mitigés.

De façon plus générale, le marché est actuellement ébranlé par "la crainte de voir les résultats du premier trimestre représenter un pic, la hausse des taux d'intérêt, un ralentissement de la croissance, et les problématiques autour du commerce international", a commenté Patrick O'Hare de Briefing.

Sur le front économique, aux Etats-Unis, La productivité a augmenté de 0,7% et le coût de l'emploi de 2,7% au 1er trimestre. Le déficit commercial a baissé à 49 milliards de dollars en mars grâce aux exportations. Les inscriptions hebdomadaires au chômage ont légèrement augmenté, mais moins que prévu à 211'000 contre 220'000 attendu. La croissance de l'activité dans les services a ralenti en avril pour s'établir à 56,8%. Les analystes attendaient 58,8%.

Le SMI a terminé en recul de 0,61% à 8842,29 points, avec un plus haut à 8924,33 et un plus bas à 8840,28. Le SLI a cédé 0,60% à 1462,53 points et le SPI 0,52% à 10'491,07 points. Sur les trente valeurs vedettes 25 ont terminé dans le rouge et cinq dans le vert.

Logitech en verve

Parmi les gagnants, Logitech (+6,5%) a fait mieux que prévu au 4e trimestre 2017/2018 et a été porté par les périphériques pour jeux vidéo. Les attentes des analystes ont été dépassées et ceux-ci applaudissent des deux mains, saluant notamment le nombre croissant des ventes de périphériques pour les vidéo-conférences, tablettes de jeux et ceci dans toutes les régions.

Geberit (+2,6%) a gonflé ses recettes et son bénéfice au premier trimestre, dépassant les attentes du consensus. Le groupe saint-gallois a notamment profité du renforcement de l'euro, mais aussi de la baisse des charges liées à l'intégration du finlandais Sanitec. UBS a toutefois jugé "un peu légère" l'évolution des marges alors que Vontobel note que les hausses de prix ont permis de compenser l'augmentation des prix des matières premières.

Le bon de participation Schindler (+0,7%) complète le podium.

Dans le camp des poids lourds, Roche a pris 0,6% et Novartis a perdu 0,5%. La filiale génériques de Novartis, Sandoz, a essuyé un revers aux Etats-Unis et ne pourra pas provisoirement commercialiser un biosimilaire de Rituximab de Roche. L'autorité sanitaire FDA a réclamé des données supplémentaires avant de décider de l'homologation. Le troisième larron Nestlé accuse un recul de 0,8%.

UBS en dollars

Aux bancaires, les dirigeants d'UBS (-1,5%) ont connu une assemblée générale émaillée de quelques critiques, mais toutes les propositions du conseil d'administration ont été acceptées. La banque a par ailleurs confirmé qu'elle allait passer à la comptabilité en dollars cette année.

Swisscom a perdu 0,9%, alors que, sur le marché élargi, Sunrise a gagné 0,3%. Le numéro deux suisse des télécommunications a connu un faste premier trimestre en termes de recettes, abonnés et bénéfice. Les résultats sont supérieurs aux attentes.

En marge de la présentation des chiffres, son patron Olaf Swantee a affirmé à l'agence financière awp, dont l'ATS détient 50%, qu'il n'y a aucune discussion avec la maison-mère d'UPC Liberty Global en vue d'un éventuel rachat. Il reste convaincu de la stratégie d'indépendance.

Valiant (-6,4%) a stagné dans son coeur de métier au premier trimestre, les volumes d'hypothèques n'ayant que faiblement progressé. Les recettes ont toutefois progressé dans toutes les lignes de métier et le bénéfice s'est nettement amélioré, sans toutefois satisfaire les attentes.

Phoenix Mecano (+0,4%) s'est séparé d'une unité aux Pays-Bas, dans le cadre de la réorganisation de l'activité Elcom/EMS. La transaction va générer un gain comptable inférieur à 5 millions d'euros.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS