Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Bourse suisse a fini en baisse de 0,18%, non sans avoir évolué en hausse une bonne partie de la séance (archives).

KEYSTONE/ENNIO LEANZA

(sda-ats)

La Bourse suisse a terminé sur une note légèrement négative vendredi (-0,18%). Jeudi, le SMI avait gagné plus de 1% et il était repassé juste au-dessus de la barre symbolique des 9200 points à la clôture, un niveau qu'il n'est pas parvenu à défendre.

Clariant et UBS ont tenu la vedette, tout comme la Catalogne, dont le Parlement régional a déclaré l'indépendance, ce qui n'a pas manqué d'inquiéter les marchés.

A New York, Wall Street gagnait un peu de terrain en début de séance, les résultats encourageants de grands noms de la technologie dopant le Nasdaq, tandis que ceux de majors pétrolières et du laboratoire Merck freinaient la hausse du Dow Jones.

"Plusieurs bonnes nouvelles devraient pousser les indices à la hausse (ce vendredi)" mais "le marché contient son enthousiasme", estime Patrick O'Hare de Briefing.

Au niveau macroéconomique, le PIB américain a augmenté de 3% en rythme annualisé au 3e trimestre, malgré le choc des ouragans, selon la première estimation du ministère du Commerce. Au 2e trimestre, la croissance avait atteint 3,1%. Les analystes avaient prévu un tassement à 2,4% à cause des ouragans Harvey et Irma.

Le moral des ménages est resté à son plus haut niveau en près de 14 ans en octobre, grâce à une forte hausse mensuelle, selon l'estimation finale de l'Université du Michigan. Il s'est établi à 100,7 points pour octobre, contre 101,1 pour la première estimation et 95,1 points en septembre. Les analystes attendaient 101 points.

En France, le moral des ménages s'est dégradé en octobre pour le quatrième mois consécutif, retournant à sa moyenne de longue période. Les mises en chantier de logements neufs ont progressé de 11,1% de juillet à septembre, s'élevant à 89'100 unités, alors que 135'900 permis de construire ont été délivrés.

Le Swiss Market Index (SMI) a terminé sur un léger recul de 0,18% à 9183,42 points, avec un plus haut à 9254,36 et un plus bas à 9168,24. Sur la semaine, l'indice-phare de SIX s'est contracté de 0,6%. Le SLI a fini vendredi en baisse de 0,20% à 1500,38 points. Le SPI a cédé 0,12% à 10'531,06 points. Sur les trente valeurs vedettes, 17 ont reculé et douze ont avancé.

UBS (-0,8%) a nettement reculé après avoir mené le bal en début de séance. Le numéro un bancaire helvétique a publié des résultats en hausse, supérieurs aux projections des analystes. La banque aux trois clés est également parvenue à un accord dans le cadre d'un différend portant sur des créances fiscales suite à la vente en 2009 de sa filiale brésilienne Banco UBS Pactual.

Credit Suisse (-1,1%) et Julius Baer (-1,5%) ont été entraînées dans le sillage de leur grande soeur.

Clariant (-0,9%) a sensiblement réduit ses pertes initiales, après avoir longtemps tenu la lanterne rouge. Le chimiste bâlois a annoncé l'abandon de son projet de fusion avec l'américain Huntsman, décidé d'un commun accord.

Le capotage de l'opération est à mettre en relation avec l'augmentation à 20% de la participation du groupe d'actionnaires White Tale, opposant de la première heure au projet de fusion. Dans ces conditions, le chimiste de Muttenz aurait eu du mal à réunir lors de l'assemblée générale extraordinaire les deux tiers des voix nécessaires pour valider la fusion.

LafargeHolcim (-0,9%) a perdu du terrain, malgré des ventes meilleures que prévu au 3e trimestre, mais a déçu au niveau du résultat opérationnel ajusté. Le rabotage des objectifs pour l'exercice en cours, en raison de l'essoufflement de la dynamique des affaires, ne devrait pas non plus être du goût des investisseurs.

Dans la foulée de son partiel, le groupe a annoncé être en pourparlers avec le sud-africain Pretoria Portland Cement en vue d'une possible transaction.

Aux assurances, Swiss Life (-1,6%) a fini lanterne rouge. Credit Suisse a relevé sa recommandation pour Swiss Re (-0,5%) à "neutral" de "underperform". Citigroup a augmenté l'objectif de cours de Zurich (-0,2%). Bâloise a cédé 0,9%.

Sika (-0,1%) avait nettement progressé la veille dans le sillage des chiffres intermédiaires. Jeudi après la clôture, le groupe français Saint-Gobain a annoncé qu'il avait prolongé le contrat passé avec la famille Burkard pour le rachat de sa majorité des droits de vote dans Sika jusqu'au 31 décembre 2018

Dans le camp des poids lourds, Nestlé (-0,2%) a fini dans le rouge. Roche a gagné 0,1% et Novartis a perdu 0,3%. L'Agence européenne des médicaments (EMA) va examiner la demande d'homologation déposée par Sandoz - filiale génériques de Novartis - pour son biosimilaire du pegfilgrastim.

De son côté, Roche a dévoilé lors d'un symposium à Paris de nouvelles données d'étude sur Ocrevus (ocrelizumab), son traitement contre la sclérose en plaques (SEP). Le podium se compose d'Aryzta (+1,6%), Lonza (+1,2%) et Sonova (+1%).

Sur le marché élargi, Rieter (+0,2%) a vu ses entrées de commandes progresser plus que prévu sur neuf mois et a précisé ses objectifs annuels.

Compagnie Financière Tradition (-1,9%) a vu son chiffre d'affaires consolidé croître de 2,5% à 189,4 millions de francs au cours du 3e trimestre 2017. Sur les neuf premiers mois de l'année, les revenus accusent une contraction de 1,9% en comparaison annuelle, à 600,8 millions.

Leonteq (-2,6%) a annoncé le retrait complet du cofondateur Jan Schoch en tant qu'actionnaire. Ce dernier a cédé l'ensemble des 1,05 million de titres qu'il détenait à des investisseurs institutionnels ainsi qu'aux deux autres cofondateurs Lukas Ruflin et Sandro Dorigo.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS