Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Joshua Holt et son épouse Thamara, qui ont retrouvé leur famille à leur arrivée samedi soir à Washington, ont ensuite été reçus à la Maison Blanche.

KEYSTONE/AP/ALEX BRANDON

(sda-ats)

Un missionnaire mormon américain et son épouse détenus pendant près de deux ans au Venezuela ont été libérés par le gouvernement de gauche. Caracas a présenté sa décision comme un "geste" d'ouverture envers Washington qui compte bien maintenir ses sanctions.

Les sanctions américaines vont être maintenues malgré la libération de Joshua Holt, et ce "jusqu'au retour de la démocratie au Venezuela", a ainsi écrit sur Twitter le vice-président américain Mike Pence. Cette prise de position clôt une semaine marquée par un durcissement du ton des Etats-Unis qui ont qualifié de "farce" la réélection du socialiste Nicolas Maduro et imposé dans la foulée de nouvelles sanctions à Caracas.

Joshua Holt et son épouse Thamara, qui ont retrouvé leur famille à leur arrivée samedi soir à Washington, ont ensuite été reçus à la Maison Blanche. Samedi matin, c'est le président Donald Trump qui avait annoncé lui-même leur libération.

Missionnaire mormon âgé de 26 ans, Joshua Holt avait été arrêté en juin 2016 chez lui, près de Caracas, par les services de renseignement vénézuéliens. Ces derniers l'accusaient d'organiser des groupes armés pour déstabiliser Nicolas Maduro, ce qu'il a toujours démenti.

Rencontre surprise à Caracas

Confirmant dans l'après-midi la nouvelle de leur libération, le ministre vénézuélien de la Communication, Jorge Rodriguez, a insisté sur les accusations de délits "liés à l'espionnage, à la violence". Mais il a également souligné que cette décision entrait dans le cadre "d'efforts pour entretenir un dialogue respectueux, des relations diplomatiques fondées sur le respect, qui permettront d'ouvrir des voies afin d'éviter les agressions auxquelles a été soumis" le Venezuela.

"Nous espérons que ce type de geste (...) permette de consolider ce qui a toujours été notre point de vue: dialogue, entente, respect de notre indépendance et de notre souveraineté", a-t-il ajouté devant des journalistes. La libération intervient au lendemain d'une rencontre surprise à Caracas entre l'influent sénateur américain Bob Corker, président républicain de la commission des Relations extérieures, et le président socialiste Nicolas Maduro.

Il avait rencontré en mars un gouverneur vénézuélien, Rafael Lacava, avant sa visite au palais présidentiel de Caracas vendredi. Dans son communiqué, Bob Corker remercie le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo et son équipe "pour tout ce qu'ils ont fait". Nicolas Maduro a tweeté vendredi plusieurs photos et vidéos de leur rencontre, affirmant que son pays recevrait "quiconque désire dialoguer".

"Angoisse"

Les proches du jeune missionnaire ont dit leur gratitude à "tous ceux qui ont participé à ce miracle", dans un communiqué transmis par son avocat au Venezuela, Carlos Trujillo, évoquant la "période d'angoisse" traversée depuis son arrestation.

Au lendemain de l'élection du 20 mai, Washington a imposé de nouvelles sanctions visant à isoler plus encore le régime vénézuélien. La quasi-totalité de ses responsables gouvernementaux sont déjà visés par des sanctions européennes ou américaines, y compris Nicolas Maduro.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS