Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Carlo Gavazzi a vécu un exercice 2011/2012 (clos fin mars) en contraction, marqué par un environnement économique difficile. Le fabricant zougois de composants électroniques a vu son bénéfice net fondre d'un bon quart (-26%) à 16,8 millions de francs.

Le chiffre d'affaires a pour sa part diminué de 21,5% par rapport à l'exercice précédent pour se fixer à 142,8 millions de francs, a indiqué jeudi le groupe basé à Steinhausen (ZG). La facteur monétaire a pesé à hauteur de 8,2%. Vis-à-vis du seul euro, la force du franc a occasionné un impact négatif de 9,4%.

L'activité dans l'automation est apparue sous pression en Europe, le chiffre d'affaires reculant de 17,8% en monnaies locales, mais dynamique sur les marchés d'Amérique du Nord ou en Asie/Pacifique. Les affaires ont progressé à destination des secteurs prioritaires que sont l'industrie et le bâtiment (plus de 5% de hausse).

Renouvelable à la peine

Le boom constaté ces dernières années dans les énergies renouvelables s'est en revanche interrompu, avec une baisse du chiffre d'affaires de 10,8%. L'évolution est liée à plusieurs causes, dont les mesures d'économies engagées par les Etats européens.

Au niveau opérationnel, le résultat avant intérêts et impôts (EBIT) a chuté d'un tiers pour s'établir à 21,2 millions de francs. Du coup, la marge d'exploitation correspondante s'est réduite de 2,7 points pour tomber à 14,8%, précise le communiqué de Carlo Gavazzi.

Carlo Gavazzi estime avoir tout même dégagé une solide performance dans un contexte économique "plein de défis". L'entreprise de Suisse centrale relève que son bénéfice net est supérieur à la moyenne des performances réalisées au cours des cinq ou dix derniers exercices.

A fin mars, les entrées de commandes affichaient une diminution de 24,8% sur un an à 139,5 millions de francs. Le groupe n'émet pas de prévisions concernant 2012/2013, en raison des incertitudes entourant la crise de la dette en zone euro. Il continue toutefois à miser sur les marchés émergents.

ATS