Navigation

Casques bleus: Washington exhorte les autres pays à payer plus

Plus de 100'000 soldats originaires de 120 pays servent sous le drapeau de l'ONU dans le monde (archives). KEYSTONE/AP/JANE HAHN sda-ats
Ce contenu a été publié le 28 mars 2018 - 20:20
(Keystone-ATS)

L'ambassadrice américaine à l'ONU a enjoint mercredi les autres pays de l'organisation à "faire mieux" et à payer une plus grosse part des opérations de maintien de la paix. Elle a laissé entendre qu'elle comptait encore faire baisser l'addition pour Washington.

"Un seul pays ne devrait pas avoir à payer pour un quart du budget de maintien de la paix de l'ONU, et nous sommes impatient de voir une distribution plus équitable du budget parmi les autres pays membres", a déclaré Nikki Haley. L'ambassadrice américaine a déjà négocié une baisse de 600 millions de dollars des fonds pour les Casques bleus.

Washington va rester le plus important contributeur individuel au budget de maintien de la paix mais a décidé de plafonner ses versements à 25% du total contre 28,5% actuellement. Après des négociations très difficiles, le budget 2017-2018 pour ces opérations a été fixé à 6,8 milliards de dollars. Il est pour l'essentiel payé par une dizaine de pays.

La Chine est le second contributeur avec une part de 10,25% suivie par le Japon, l'Allemagne, la France, le Royaume-Uni, la Russie, l'Italie, le Canada et l'Espagne.

Moderniser les missions

Ces exigences américaines viennent en pleine tentative par le Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, de moderniser les missions des Casques bleus, dont 59 membres sont morts en opération l'année dernière. Les plus importants contingents sont déployés en République démocratique du Congo, au Mali, en Centrafrique et au Soudan du Sud et ont beaucoup de mal à protéger les civils pris dans des combats.

"Les opérations de maintien de la paix ne peuvent pas réussir si elles sont menées en lieu et place d'une solution politique plutôt qu'en soutien à une solution politique", a lancé le Secrétaire général au Conseil de sécurité.

"Nous abîmons l'outil du maintien de la paix, et au-delà le multilatéralisme lui-même, en suscitant des attentes irréalistes. Des vies et de la crédibilité sont perdues", a-t-il ajouté. La crédibilité et la réputation des missions ont aussi été ternies ces dernières années par les révélations sur de nombreux abus sexuels.

Plus de 100'000 soldats originaires de 120 pays servent sous le drapeau de l'ONU dans le monde.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article