Navigation

Centrafrique: onze morts dans l'attaque d'une église de Bangui

Ce contenu a été publié le 28 mai 2014 - 22:55
(Keystone-ATS)

Onze personnes ont été tuées à Bangui dans l'église Notre-Dame de Fatima attaquée par des musulmans, rapportent des témoins. Quelques heures plus tôt, un accrochage avait eu lieu entre miliciens chrétiens antibalaka et habitants du quartier musulman de PK5.

Selon le père Frédéric Nakombo, secrétaire général de la commission épiscopale Justice et Paix, des hommes armés ont lancé des grenades dans l'église avant d'ouvrir le feu sur la foule, tuant notamment le prêtre Paul Emile Nzalé.

Jonas Bekas, prêtre de la paroisse, a quant à lui fait état de onze morts après cette attaque qui a débuté vers 15h00 (16h00 en Suisse). Cinq mille chrétiens déplacés par les violences s'étaient, d'après lui, installés dans l'église.

"Le bilan sera probablement plus élevé parce qu'il y a beaucoup de blessés. Cela aurait été bien pire si les antibalakas n'étaient pas venus nous défendre", a-t-il souligné.

Le plus meurtrier

Interrogé par Reuters, l'un des déplacés installés dans l'église a dit avoir dénombré 28 corps et un cameraman de Reuters a également parlé de plusieurs dizaines de tués.

Des membres de la Mission internationale de soutien à la Centrafrique (Misca), sous commandement de l'Union africaine, ont pris position sur les lieux et un hélicoptère français de la mission Sangaris est également arrivé sur place à la tombée de la nuit.

Il s'agit de l'acte le plus meurtrier imputé à des musulmans dans la capitale depuis que les ex-rebelles de la Séléka ont cédé le pouvoir en janvier sous la pression internationale après dix mois de violences interreligieuses.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.