Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'entreprise de transport de marchandises CFF Cargo réduit son réseau de desserte. Sur 500 gares de chargement pour le trafic de marchandises, 128 vont être fermées. Deux cents postes de travail vont être supprimés. Au départ, les CFF prévoyaient de fermer 155 points de desserte.

Les branches de l'agriculture, du ciment et du bois sont particulièrement touchées par ces fermetures, expliquent les CFF. Elles fournissaient trop peu ou trop irrégulièrement des marchandises qui puissent être transportées par rail. En moyenne, moins d'un wagon par jour transitait par les 128 gares qui seront fermées, explique la compagnie.

Suisse romande touchée

La Suisse romande est autant touchée que les régions alémaniques par ces fermetures. Sur 108 points de dessertes basés dans les cantons romands, un quart (27) ne seront plus desservis. Fribourg va en perdre un peu moins de la moitié (8 sur 19), Neuchâtel un tiers (4 sur 12), Genève un quart (1 sur 4). Le canton de Vaud, qui possède le plus grand nombre de gares de transfert de marchandises (46), compte le moins de pertes (-8).

Philipp Hadorn, secrétaire général du syndicat des transports publics (SEV) et conseiller national (SO/PS) estime que cette décision, par rapport à la politique des transferts, envoie un "mauvais signal". Ces fermetures vont entraîner une augmentation du trafic marchandises sur la route.

100 personnes touchées

La compagnie ferroviaire cherchait depuis des années à réduire le nombre de points de desserte. L'entreprise en a d'abord été empêchée par les politiques, avant que les chiffres rouges du transport de marchandises ne convainquent le Conseil fédéral de donner son accord au démantèlement ce printemps.

CFF Cargo, déficitaire depuis des années, espère pouvoir économiser 35 millions de francs annuellement avec la réduction du nombre de gares desservies. Une grande partie des économies devrait se faire sur le dos des employés: 200 postes vont être supprimés. En tout, ce sont 100 personnes qui sont touchées. Il ne devrait pas y avoir de licenciements.

ATS