Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le franc fort inflige un nouveau coup dur à l'emploi dans l'industrie. Dans le rouge, Cham Paper Group opère une coupe sombre dans son effectif en le réduisant des deux tiers. D'ici 2014, le groupe papetier zougois va supprimer 212 emplois à plein temps sur les 312 que compte son site de Cham (ZG).

La restructuration intervient en réaction au changement rapide des conditions cadres économiques induit en particulier par l'évolution des taux de changes, explique lundi l'entreprise sise à Cham et dont les origines remontent à 1657. L'appréciation du franc force le groupe à transférer une grande partie de sa production dans le Nord de l'Italie, où se trouvent ses deux autres usines.

Comptant près de 650 collaborateurs, le groupe zougois entend se focaliser sur ses activités des papiers à revêtements spéciaux devenues clefs ces dernières années et destinées à l'industrie de l'emballage. En revanche, dans le domaine des papiers spéciaux, lesquels ne nécessitent pas tous le même niveau de savoir-faire, la pression sur les prix n'a cessé de croître.

Une production rentable en Suisse n'est plus possible et même une relocalisation dans la zone euro n'est durablement intéressante que pour une partie de ces activités, estime Cham Paper Group. A long terme, les produits des domaines des biens de consommation, de l'imagerie numérique et des papiers résistants à l'eau et à l'air offrent les meilleures perspectives.

Restructuration en deux temps

Dans le cadre de l'optimisation de son portefeuille de produits, Cham Paper Group va se retirer des marchés les moins attrayants. La production de gros volumes de papier spécial pour l'industrie du tabac, laquelle assure une importante part de l'activité du site de Cham, sera transférée dès l'an prochain à Carmignano (I). Le transfert devrait s'achever à fin 2013.

A Cham, une première ligne de production sera mise hors service au premier semestre 2012, avec à la clef la suppression de quelque 130 emplois. La seconde cessera son activité en 2014, entraînant la disparition jusqu'à fin 2013 de près de 80 postes.

ATS