Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Ski alpin - Didier Cuche a remporté le seul entraînement en vue des descentes de Chamonix prévues vendredi et samedi. Le Neuchâtelois pourrait ainsi accomplir un hat-trick inédit pour lui.
Cuche a gagné les deux dernières descentes de Coupe du monde à Garmisch et à Kitzbühel. S'il s'impose vendredi sur la "Vertes" des Houches - où il est tenant du titre -, l'hommes aux six globes de cristal peut réussir une première dans sa carrière qui se terminera en mars à Schladming.
Jamais depuis ses débuts sur le circuit en 1993 à Bormio, le skieur des Bugnenets n'a enchaîné trois victoires consécutives. "Trois par saison, c'est déjà pas facile", s'est marré Cuche juste après le temps de référence qu'il a réalisé dans le brouillard haut-savoyard, devant l'Autrichien Romed Baumann (à 0''26) et le Slovène Andrej Sporn (à 0''30).
"Je me suis fait plaisir, a souri le dossard rouge de la discipline. Je ne me suis pas fait de grosses frayeurs et il reste quelques petites choses à corriger." Les conditions risquent d'être bien différentes vendredi, car la météo indique une chute des températures de dix degrès. "La neige devrait être à - 20° et cela va changer beaucoup par rapport à cette saison au cours de laquelle on a souvent eu chaud. Ca va être au préparateur de se casser la tête pour trouver le 'bon ski'."
Si cinq Autrichiens ont terminé par les sept premiers de cette unique galop d'essai, les Suisses n'ont quant à eux pas été emmenés dans le sillage de Cuche. Beat Feuz a pris le quatorzième rang, lui qui ne brille que rarement lors des entraînements. "Ce n'est pas encore top, mais j'ai des bons souvenirs ici...", a rigolé le Bernois, qui avait terminé septième l'année dernière, avant de réussir le meilleur chrono de la descente du super-combiné.
Il faut descendre jusqu'au 25e rang pour trouver le troisième Helvète: Patrick Küng. Ambrosi Hoffmann (30e), Vitus Lüönd (36e), Marc Gisin (40e) Carlo Janka (49e) et Didier Défago (52e) sont pour leur part passés à côté de leur sujet. "C'était difficile de voir la bonne ligne, s'est plaint ce dernier. A pas mal d'endroit, je pourrai prendre un peu plus de risques en course."

ATS