Navigation

Chine: Pillay demande à Pékin de relâcher les militants détenus

Ce contenu a été publié le 03 juin 2014 - 18:24
(Keystone-ATS)

La Haut Commissaire de l'ONU aux droits de l’homme Navi Pillay s'est inquiétée mardi de la détention de nombreux militants de la société civile, avocats et journalistes en Chine, à l’approche du 25e anniversaire des manifestations de la place Tiananmen en 1989. Elle a demandé leur libération immédiate.

Des dizaines de personnes auraient été détenues récemment par les autorités chinoises. Elles sont accusées de créer des troubles pour avoir participé à une discussion privée sur les événements de la place Tiananmen, survenus le 4 juin 1989.

"J’exhorte les autorités chinoises à relâcher immédiatement les personnes détenues pour avoir exercé leur droit à la liberté d’expression", a déclaré la Haut Commissaire dans un communiqué publié à Genève.

Elle a aussi dénoncé des informations selon lesquelles les autorités ont imposé des restrictions relatives à l’anniversaire aux médias sociaux, aux médias traditionnels et dans l’utilisation d’Internet. "Au lieu d’étouffer les tentatives pour commémorer les événements de 1989, les autorités devraient encourager et faciliter le dialogue et la discussion comme un moyen de surmonter l’héritage du passé", a-t-elle dit.

Navi Pillay a insisté sur l’importance de mener un processus de recherche de la vérité sur les événements du 4 juin 1989, malgré le temps qui s’est écoulé.

Besoin d'une enquête indépendante

"On ignore encore beaucoup de choses sur ce qui s’est passé exactement entre le 3 et le 4 juin 1989. En l’absence d’une enquête indépendante et factuelle, il existe des versions des faits très divergentes. Le nombre de morts, par exemple, varie de centaines à des milliers de personnes et de nombreuses familles de victimes attendent toujours une explication sur ce qui est arrivé à leurs proches", a affirmé la Haut Commissaire.

Elle a souligné qu'"il est dans l’intérêt de tous d’établir les faits entourant l’incident de la place Tiananmen de manière définitive".

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.