Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Environ 200 sinistrés se sont rassemblés lundi à Tianjin pour réclamer des dédommagements ou des aides à la reconstruction après les explosions de la semaine dernière. Ils accusent les autorités de les ignorer.

Deux cents personnes se sont rassemblées devant l'hôtel où se déroulait une conférence de presse du maire adjoint de Tianjin, He Shushan. "C'est le seul moyen d'attirer l'attention du gouvernement. Jusqu'ici, ils n'ont pas tenu compte de nous", a déploré Li Jiao, un riverain du site qui fait partie des 6300 personnes évacuées.

Une trentaine de policiers et de militaires ont empêché les manifestants de pénétrer dans l'hôtel, mais aucun débordement n'a eu lieu.

Nouvelle explosion

Le bilan officiel de la catastrophe s'élève désormais à 114 morts, plus de 700 blessés et 70 disparus, essentiellement des pompiers, selon l'agence officielle Chine nouvelle, qui fait état d'une nouvelle explosion lundi, beaucoup moins violente que celles de mercredi. La fumée s'est dissipée mais des flammes étaient encore visibles.

Lors de la conférence de presse, He Shushan a confirmé que 700 tonnes de cyanure de sodium se trouvaient dans l'entrepôt où l'une des explosions s'est produite. Le nettoyage du site, confié à des équipes spécialisées dans la manipulation des substances dangereuses, pourrait être achevé dans la journée, a-t-il poursuivi.

D'après plusieurs organes de presse officiels, la réglementation en vigueur interdisait le stockage de produits dangereux aussi près d'une zone résidentielle. Le Parquet populaire suprême (PPS) a ouvert une enquête sur "d'éventuels actes illégaux, dont l'abus de pouvoir ou le manquement au devoir", selon Chine nouvelle.

ATS